#AustrianGP, Marquez : « j’étais à 100% »



Si Marc Marquez n’a pas gagné en Autriche, on ne pourra en tout cas pas lui reprocher d’avoir calculé et de s’être contenté de la seconde place.

En effet, jusqu’au dernier virage, l’espagnol s’est mis en danger pour tenter de ramener les 25 points à la maison.

« J’ai un moment pensé me contenter de la seconde place après la première moitié de la course. Honnêtement les trois derniers tours j’étais à 100%. Avec ce championnat du monde ultra serré, j’ai pensé que prendre cinq points de plus, est toujours préférable de le faire que de ne pas le faire. »

Avec un choix de pneus différent de son adversaire du jour, Andrea Dovizioso, le pilote Honda aurait logiquement dû avoir un avantage en fin de course mais pourtant, il ne parvenait pas à venir à bout de la véloce Ducati.

« Je pense que nous avons offert un beau spectacle, une très bonne course, surtout la finale. J’étais à la limite avec les pneus, mais j’ai essayé jusqu’au bout. Honnêtement, j’aurais aimé gagner, mais j’ai essayé à 100% et je suis content. Hier, j’étais très fort, mais aujourd’hui, il y avait 10 degrés de plus sur la piste qu’hier et j’ai rencontré plus de difficultés aussi bien avec le pneu avant qu’avec le pneu arrière. C’est pour cette raison que nous avons un peu ralenti le rythme.

Dovi a remporté la course à l’accélération, parce qu’il avait un peu plus de traction que moi. Hier, j’étais très à l’aise avec le pneu dur, mais aujourd’hui, il était trop mou dans cette chaleur. Je récupérais surtout sur lui dans les deux virages à gauche, mais j’ai vraiment dû aller à la limite pour essayer jusqu’au bout. »

Mais comme il l’expliquait, le pneu tendre n’était pas une solution pour lui puisqu’avec ces températures, même le dur était encore trop mou.

« Je n’ai pas de regret quant à mon choix de pneus, j’aurais utilisé le même pneu arrière, mais c’est vrai que jusqu’à la fin j’étais un peu indécis quant à savoir si je devais monter un pneu dur à l’avant aussi. Mais je ne l’ai pas essayé de tout le week-end et je ne pouvais pas prendre ce risque, car le championnat est très serré et il est encore très long. Si jeudi on m’avait dit que je terminerais second derrière Dovi, j’aurais signé.

Je ne pense pas que j’aurais pu utiliser le même pneu que Dovi, parce qu’avec ce style de pilotage, un peu en dérapage, j’aurais eu du mal parce que la gomme se serait trop usée, en particulier sur le côté gauche. Notre moto n’était pas au point pour utiliser le soft et puis dans cette chaleur il était trop mou vu que le dur l’était déjà. »

Marc Marquez quitte donc Spielberg avec 16 points d’avance sur son dauphin et vainqueur du jour. Rendez-vous à Silverstone pour la prochaine explication.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de