#AustrianGP, Loris Baz (9e) : « Ma meilleure sur le sec »



Sur le Red Bull Ring, Loris Baz a fait son retour dans le top-10 d’un Grand Prix MotoGP. Pour le Français, la course de Spielberg est l’une des plus abouties de sa carrière dans la catégorie.

Le week-end autrichien de Loris Baz est certainement l’un des plus réussis depuis son arrivée en MotoGP. Le samedi, le pilote Avintia parvenait à se qualifier directement pour la Q2, sans passer par le repêchage. Douzième sur la grille de départ, il a fait encore mieux en course. Après avoir longtemps lutté dans le top-8, c’est à la neuvième place que Baz a franchi le drapeau à damiers. Un troisième top-10 de la saison qui lui permet de rebondir après deux résultats blancs.

« Selon moi c’est ma meilleure course sur le sec », estime Loris Baz qui explique que « l’écart avec le vainqueur est bien plus faible, et j’ai gardé le groupe de tête en vue. Le choix des pneus s’est avéré difficile puisque j’avais bouclé de nombreux tours avec le soft et je ne me sentais pas à l’aise avec le médium. Face à des températures bien plus élevées, nous n’étions pas rassurés sur la durée de vie de ce dernier. Je suis malgré tout parti avec le tendre à l’avant et le médium à l’arrière. »

Un choix payant puisqu’après en avoir profité, il a su résister et se maintenir parmi les dix premiers. « Je suis parvenu à doubler Iannone tout en gardant Viñales en ligne de mire, mais aussi en essayant de maintenir l’écart sur ceux que je devançais. Bautista avait un rythme légèrement plus rapide et je n’ai pas réussi à le suivre lorsqu’il m’a passé. J’ai tout simplement géré au mieux mes pneus jusqu’à la fin, car c’était la clé de cette épreuve. Dans cette période difficile, c’est génial de décrocher ce type de résultats », et on peut le comprendre : le Français, qui cherche encore un guidon pour 2018, a marqué de gros points dans l’optique du mercato.

Son résultat lui permet de reprendre la quatorzième place au championnat, passant devant Scott Redding. Arrive maintenant Silverstone, « un circuit où je compte à la fois mes meilleurs et mes pires souvenirs… C’est une relation de haine et d’amour, mais c’est l’un de mes tracés favoris. La Ducati a bien fonctionné ce week-end et nous verrons si nous parvenons à réitérer en Grande-Bretagne. Il faudra poursuivre le travail, mais je pense que nous avons beaucoup appris en Autriche, surtout en matière de pilotage, pour corriger nos problèmes. Il faut continuer de marquer de points jusqu’à la fin de la saison. » Et de terminer par une pensée pour son compatriote blessé : « Je souhaite un prompt rétablissement à Fabio (Quartararo), je sais que c’est difficile et j’espère qu’il reviendra vite ! »

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de

Articles recommandés

Facebook

Applications

Disponible sur Google Play
Disponible sur Apple App Store