Mattia Pasini : « être champion du monde »



À 32 ans, Mattia Pasini est un homme ambitieux. De retour à son meilleur niveau, l’Italien espère toujours devenir champion du monde. Confidences.

C’est peut-être la surprise du championnat du monde Moto2 2017. Huit ans après son dernier triomphe, Mattia Pasini a renoué avec le succès au Mugello, pour son Grand Prix national d’Italie. Six fois dans le top-5 sur les 8 dernières courses, le pilote Kalex ne compte pas s’arrêter là. « J’ai resigné avec Italtrans pour 2018 », annonce-t-il fièrement. Avec une ambition bien précise : « Pour l’instant, mon objectif est d’être en mesure de devenir champion du monde Moto2. En ce moment je suis concentré sur cet objectif. Le championnat est long, mais Franco a gagné la plupart des courses de la première moitié de la saison. Donc cette année je ne pense pas que ce sera possible, mais il ne faut jamais dire jamais. »

Un retour en catégorie reine, où il a effectué quatorze courses en 2012 (projet Aprilia en CRT), n’est pas exclu. Lorsqu’on lui demande sur quelle machine il souhaiterait poser les fesses, la réponse ne se fait pas attendre : « J’aimerais monter sur la Yamaha, ou une moto italienne qui pourrait être la Ducati ou l’Aprilia. Mais disons que la Yamaha est un peu la machine dont nous rêvons tous. » Quoi qu’il advienne, ce ne sera de toute façon pas avant 2019, donc dans l’année de ses 34 ans.

Nos confrères en ont profité pour le questionner quant à la situation d’autres pilotes. Sur son ami Valentino Rossi, il explique qu’à son avis, il n’y a « pas de date précise pour sa retraite. Je pense qu’aussi longtemps qu’il sera compétitif et qu’il aimera ce qu’il faut, il continuera ». Quant à Jorge Lorenzo, il estime qu’après « tant d’années passées avec une Yamaha, la Ducati est très différente donc il a du mal à s’adapter. Mais c’est un grand pilote et nous verrons s’il peut se sortir de cette difficulté. » Mais le plus intéressant concerne Johann Zarco, à qui l’on reproche de piloter en MotoGP comme il le faisait en Moto2. « Ce n’est pas Zarco en tant que pilote qui est dangereux, mais peut-être son attitude. Je pense que c’est un pilote très rapide, donc ce n’est pas un problème de conduite mais d’agressivité, peut-être un peu exagérée. Mais il est grand et vacciné pour y réfléchir seul. »

Sur la situation des pilotes italiens, il se réjouit : « Je pense que nous réussissons assez bien. Il y a bien sûr Dovizioso sur la Ducati, Valentino qui est toujours là et a gagné une course. En Moto2, nous sommes trois Italiens dans les six premiers donc nous devons continuer à travailler ainsi. La structure VR46 y aide beaucoup et nous pousse à évoluer jour après jour ; ils ont fait faire un grand pas en avant à la moto italienne. » Quant à lui demander un pronostic pour la couronne MotoGP 2017… « J’espère un italien mais je ne dirai rien pour ne pas porter malchance. » Mamma mia ! 

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Source : Tuttomotoriweb
Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de