2020, la pire saison de Valentino Rossi



Jamais Valentino Rossi n’avait terminé une saison hors du top-10. Seulement 15e en 2020, alors qu’il pensait pouvoir jouer les premiers rôles, l’Italien a été pénalisé par des chutes, des ennuis mécaniques et une infection au Covid-19.

La saison 2019 s’était révélée être la moins bonne de la carrière de Valentino Rossi en tant que pilote officiel Yamaha. Monté sur seulement 2 podiums, décrochés en début de campagne (2e à Termas de Río Hondo, 2e à Austin), l’Italien avait connu des problèmes de puissance et de grip à l’arrière, auxquels s’étaient mêlées des mésaventures en course (torpillage de Jorge Lorenzo à Barcelone, accrochage avec Takaaki Nakagami à Assen…). Bilan comptable : une 7e place finale avec seulement 174 points marqués. Du jamais vu depuis ses années Ducati, en 2011-2012.

Chez Yamaha, où les critiques fusaient de la part des pilotes au sujet de la YZR-M1, on jurait avoir entendu, compris, et les choses allaient rentrer dans l’ordre.

Freinés par une panne mécanique dès la première course de 2020, à Jerez, les espoirs de Valentino Rossi sont ensuite remontés d’un cran avec le podium obtenu la semaine suivante, toujours sur le circuit de Jerez (3e). On le retrouvait ensuite 5e à Brno puis Spielberg, où il termina ensuite 9e (Spielberg 2) avant de finir 4e à Misano.

À ce moment-là, Valentino Rossi n’était qu’à 25 points du leader du championnat, grâce notamment à sa régularité et son expérience. Tout était ouvert, et d’aucuns évoquaient même la lutte pour le titre, dans une année au scénario bien indécis. Certes, la panne de Jerez lui avait fait perdre des marques ; certes, la Yamaha souffrait toujours d’un certain manque de compétitivité ; mais la vitesse était là, ses sensations étaient positives et ses adversaires n’étaient pas non plus épargnés par les problèmes.

Au sortir de l’été, cependant, l’horizon de l’Italien s’est obscurcit.

Le 20 septembre, il a connu sa première chute en course depuis près d’un an, en perdant le contrôle de sa M1 au deuxième tour du Grand Prix d’Émilie-Romagne. Sept jours plus tard, il est parti à la faute à Barcelone alors que la possibilité de jouer la victoire était là. La série de mésaventures a ensuite continué au Mans, avec une chute dès le deuxième virage du Grand Prix de France.

Cerise sur le gâteau déjà empoisonné : Valentino Rossi a ensuite été touché par le Covid-19, devant manquer les deux épreuves du Motorland Aragon. Testé négatif juste à temps pour participer à celle de Valence, il n’en a pas vu le bout en raison d’un nouveau problème mécanique. Six Grands Prix, 0 point : la pire séquence de sa carrière sur la scène internationale, longue de 25 ans. Il retrouvera le top-15 à Valence 2 et Portimao, avec deux pénibles places de 12e pour finir son aventure de pilote officiel Yamaha.

En tout et pour tout, Valentino Rossi clôture 2020 avec seulement 66 points au compteur. Il s’agit de la somme la moins élevée depuis ses débuts en championnat du monde, en 1996. Même constat pour sa 15e place au classement général, alors qu’il avait toujours terminé parmi les dix premiers auparavant. Pas de victoire (depuis Assen 2017), de pole (depuis le Mugello 2018), de meilleur tour (depuis Sepang 2019), un seul podium, une seule première ligne (Barcelone) : bref, 2020 est une année à oublier pour le Docteur.

Transféré dans l’équipe satellite Petronas en 2021, Valentino Rossi y vivra peut-être la conclusion de sa carrière. Ou pas. La décision n’est pas encore prise. Cela dépendra de sa motivation, mais aussi de son niveau de compétitivité.

Les courses de Jerez 2 et de Barcelone ont montré qu’il était encore capable de rouler devant ; reste maintenant à le faire à une fréquence plus élevée. Pour cela, la réaction doit aussi venir de chez Yamaha. Voilà plusieurs mois que l’Italien liste les problèmes de la M1, comme il le faisait après le Grand Prix d’Europe : « Nous avons besoin de travailler sur le moteur parce que le problème principal est la vitesse de pointe. Nous avons aussi besoin que le moteur soit plus doux à l’accélération. Et ensuite nous devons travailler sur la moto pour avoir un meilleur grip. Ce sont pour moi les deux choses principales. »

Le gel du développement en 2021, décidé en raison de l’épidémie de Covid-19, va compliquer la tâche des pilotes Yamaha. Les amélioration auraient dû intervenir entre 2019 et 2020, mais elles ne sont pas venues. « J’avais beaucoup d’attentes, mais en réalité nous n’avons pas fait un grand pas en avant, regrettait-il. Si nous regardons Franco Morbidelli, il a fait de très bonnes courses avec la moto plus vieille. Je crois que la moto de cette année n’est pas très différente, mais ils n’ont pas fait un clair pas en avant. » Un pas en avant qui devra être réalisé dans les prochaines semaines. Sans cela, difficile d’imaginer Valentino Rossi remporter son 116e GP.

Toutes les Yamaha officielles de Rossi (2004-2020)

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notifier de
4 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

[…] 2020, la pire saison de Valentino Rossi […]

[…] le pilote Petronas Yamaha a terminé vice-champion du monde en 2020. Valentino Rossi a lui connu la pire saison de sa carrière, à cause de chutes à répétition et d’une infection au Covid-19. 2021 pourrait être sa […]

[…] Ce sera une saison importante pour moi car lors des deux dernières, les résultats ont été moins bons que mes attentes. Je veux être plus fort, me battre pour monter sur le podium et gagner des […]

23 jours il y a