2021 : KTM n’exclut pas des courses pour Pedrosa



Dani Pedrosa ne disputera pas de Grand Prix en 2020, mais ne ferme pas totalement la porte à un retour sur une grille de départ un jour, si KTM en ressent le besoin. La marque autrichienne « n’exclut pas la possibilité d’une ou deux apparitions en 2021 ».

« Nous récoltons les fruits de notre travail », se réjouissait Pit Beirer, PDG de KTM Motorsport, après les qualifications du Grand Prix d’Andalousie. Celles-ci avaient vu trois des quatre KTM RC16 de la grille se hisser en Q2 – Miguel Oliveira 5e, Brad Binder 9e, Pol Espargaro 12e. Des performances qui s’inscrivent dans une courbe de progression évidente, bien plus élevées que celles obtenues par la marque autrichienne ces dernières années. Une confirmation de ce qui avait déjà été aperçu pendant la pré-saison.

Les classements parlent d’eux-mêmes. Avant les Grands Prix d’Espagne et d’Andalousie, la meilleure qualification d’une KTM à Jerez de la Frontera était une 15e place, et le meilleur résultat une 11e place. C’est désormais 5e pour la position en qualification (Miguel Oliveira à Jerez 2), 6e pour celle en course (Pol Espargaro à Jerez 1).

Pol Espargaro, capitaine du projet, qui parle de progrès « indiscutables », n’est en effet passé qu’à 9 dixièmes du podium lors du premier des deux Grands Prix. Il a eu un peu plus de mal à accrocher le bon wagon à Jerez 2 (7e), mais a su éviter les erreurs et marquer de bons points, sur une piste où il ne s’attendait pas à être aussi rapide. Le voilà donc 5e au classement général. « S’il y a quelques mois on nous avait dit que nous serions 4e au championnat des constructeurs et 5e au championnat des pilotes, nous n’y aurions pas cru », souriait-il en quittant l’Andalousie.

Bien qu’ayant assuré son avenir chez Repsol Honda en 2021, Pol Espargaro a juré qu’il allait tout donner pour KTM en 2020, que son transfert ne le freinerait pas cette saison. « Pol veut aussi prouver qu’il est le bon pilote à sa future équipe. Et nous ferons tout notre possible pour lui fournir le meilleur matériel possible jusqu’au dernier jour », promet Stefan Pierer, patron de KTM, dans un entretien à Speedweek.

Son coéquipier Brad Binder a également fait forte impression. Certes, le Sud-Africain n’a pas concrétisé en course, à cause de fautes qui sont siennes : un tout-droit à Jerez 1 (13e), un accrochage avec Miguel Oliveira puis une chute à Jerez 2 (abandon). Mais il a fait preuve de vitesse aux essais, et avait le rythme des hommes du podium en course (!). De quoi donner de grands espoirs à KTM une fois que toutes les pièces du puzzle seront assemblées, et ce même malgré sa qualité de débutant.

« En fait, on ne devrait pas en attendre trop de Brad pour sa première année. Mais nous le connaissons, c’est une bête de course !, se réjouit Stefan Pierer au sujet de son poulain, dans les rangs de KTM depuis de nombreuses saisons. Je savais il y a trois ans que nous l’emmènerions en MotoGP. Notre planification à long terme, avec le cheminement interne de la Rookies Cup jusqu’au au MotoGP a fait ses preuves. Nous sommes très motivés. Malgré la crise du coronavirus, nous avons un budget facile à présenter et des réserves. De cette manière, nous pouvons nous permettre de faire avancer le développement correctement. »

Un développement qui passe aussi par le travail effectué par Dani Pedrosa, pilote d’essai depuis l’an dernier. L’apport de l’Espagnol est souligné par tous, pilotes comme staff technique. L’Espagnol a récemment mené des tests à Brno et Spielberg, où se dérouleront les Grands Prix du mois d’août 2020. Lui ne sera pas sur la grille de départ, parce que les wild-cards sont interdits (restrictions liées à l’épidémie de coronavirus) et parce qu’il ne le souhaite pas.

Dani Pedrosa a plusieurs fois expliqué que son nouveau rôle de testeur, avec moins de pression, lui allait bien. En revanche, l’ex-pilote MotoGP n’y ferme pas totalement la porte, à la condition que ce soit utile au projet. « Peut-être que dans le futur, si je sens que la moto est plus prête, et que KTM croit que c’est le moment, nous verrons », glissait-il en juin dernier.

Chez KTM, on lui a évidemment posé la question, on respecte sa décision… mais on ne renonce pas à le faire revenir sur un Grand Prix, pourquoi pas l’an prochain. « Les sujets ont tous été abordés, mais la décision appartient au pilote. Et je pense que Dani Pedrosa avait raison pour lui-même quand il nous a dit non. Mais je n’exclus pas la possibilité qu’il fasse une ou deux apparitions en wild-card en 2021, indique Stefan Pierer. Ce serait certainement une belle histoire pour le marketing, surtout sur les circuits où il est particulièrement fort. »

2021 est encore loin. Douze épreuves attendent encore les hommes de KTM en 2020. « Notre objectif est d’obtenir des résultats à un chiffre », c’est à dire finir parmi les 9 premiers, fixe le patron. Nous pourrons peut-être nous battre pour des places sur le podium. Pol ne l’a raté que de 0,9 seconde au premier GP. Nous avons une saison très inhabituelle cette année. Nous avons pour la première fois 2 courses consécutives, à 5 endroits. Cela permet de relativement bien s’adapter en termes de données, car on a une deuxième opportunité une semaine plus tard. Nous avons aussi eu des résultats encourageants lors des tests de pré-saison. J’espère beaucoup des courses à venir. »

Championnat MotoGP après le GP d’Andalousie : 1. Quartararo 50 pts, 2. Viñales 40 (-10), 3. Dovizioso 26 (-24), 4. Nakagami 19 (-31), 5. P. Espargaro 19 (-31), 6. Rossi 16 (-34), 7. Miller 13 (-37), 8. A. Marquez 12 (-38), 9. Zarco 12 (-38), 10. Morbidelli 11 (-39)… 18. Binder 3 (-47)

Dani Pedrosa : « Peut-être que dans le futur, si la moto est plus prête… »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de