La Dorna accepte de rediscuter la règle des rookies



Depuis l’annonce du retrait de Casey Stoner et la future venue de Marc Marquez en MotoGP, le débat sur la règle des rookies en MotoGP (obligeant un débutant de la catégorie à disputer sa première saison dans un team satellite) faisait débat. Après plusieurs semaines d’incertitudes, la Dorna est prête à renégocier.

Cette règle a été introduite en 2010 afin de favoriser les teams satellites. Avant, les teams officiels récupéraient  constamment les meilleurs jeunes des catégories intermédiaires et les teams satellites avaient beaucoup moins de crédit auprès des sponsors. L’objectif était donc de permettre à ces équipes satellites d’avoir un « gros pilote » dans leur rang et ainsi de crédibiliser les négociations de sponsoring.

Créer une toute nouvelle structure pour permettre à Marc Marquez de monter  semblait impossible à mettre en place. L’année prochaine, la Dorna va imposer une nouvelle règle dans le championnat. Seules deux motos satellites par constructeurs seront autorisées. Donc pour Honda, les deux Repsol officielles et les deux satellites de LCR et Gresini. Gros dilemme pour le constructeur. S’il avait décidé de soutenir Marquez et de le faire monter dans un nouveau team indépendant, il aurait obligatoirement du retirer une moto à LCR ou à Gresini, deux équipes maintenant devenues incontournables dans le continental circus.

Pour le géant japonais Honda, peu importe où ira Marquez, tant qu’il bénéficie d’une moto officielle, même dans un team satellite. « Non, ce n’est pas si important que cela. Ce qui est important c’est de lui permettre d’arriver en MotoGP. » explique Shuhei Nakamoto, vice-président du HRC.

Seulement, placer le petit espagnol dans un team satellite était aussi un casse-tête pour la Dorna. Le gros « problème » de Marc Marquez, c’est qu’il est soutenu par le géant pétrolier Repsol. Le ramener dans un team satellite serait quasiment impossible. Ces teams disposent déjà de sponsors et de contrats courant sur plusieurs années. « Cela créerait des complications pour les équipes satellites, telles que LCR ou Gresini. Nous avons des sponsors comme Givi ou Elf qui nous soutiennent depuis des années et je ne vois pas comment je pourrai travailler avec Repsol. Surtout pour Elf qui a investi énormément d’argent dans notre équipe. » raconte Lucho Cecchinello, team manager du team LCR. Il explique également que le problème est le même si Marquez devait aller dans son équipe ou chez Grésini en tant que deuxième pilote « Gresini ferait face au même genre de problèmes. L’équipe cesserait de travailler avec Castrol ou San Carlo avec qui ils ont une coopération historique. Et cela obligerait le nouveau pilote à ramener  son sponsor mais seulement pour un projet d’une année. » Une opération irréalisable au vu des conséquences économiques désastreuses pour ces teams satellites.

Prenant en compte tous ces éléments, il semblerait que la Dorna a mis un peu d’eau dans son vin. Les enjeux économiques sont trop importants et le championnat du monde ne peut pas se permettre de perdre encore des équipes emblématiques que sont LCR ou Grésini.

Le président de la Dorna, Carmelo Ezpeleta s’est exprimé sur le sujet la semaine dernière et il a confirmé l’abolition de cette règle : « Cette règle a été adoptée quand il y avait 20 motos plus ou moins similaires sur la grille, et elle avait pour objectif de donner plus d’opportunités tant aux pilotes qui voulaient monter de catégorie, qu’aux équipes satellites. Mais maintenant, il n’y a plus que quatre motos non officielles qui sont compétitives. »

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Interview Cecchinello : Motomatters

 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de