#ValenciaTest, Rossi : « La M1 2017 plaît à Zarco ? Heureux pour lui »



Hier à Valencia, la situation était paradoxale puisque si les pilotes de l’écurie officielle sont revenus aux châssis 2016, du moins sur une machine, Johann Zarco lui, a testé la tant décriée version 2017 de la M1.

Et le fait est que le français s’est montré le plus rapide (weekend de course compris) avec cette version de la moto japonaise puisque lors de cette première journée de tests, il n’était battu que par le seul Viñales mais qui roulait sur la version 2016. Du coup, le pilote français, désormais adepte des déclarations médiatiques un peu piquantes et désireux d’obtenir au plus vite une M1 factory, n’a pu s’empêcher de déclarer qu’il préférait la M1 2017 à la 2016. Commentaire accueilli comme il se doit par Rossi « Je suis heureux pour lui (rires) » mais qui persiste dans sa conviction « il vaudrait mieux repartir du châssis 2016 en tentant de résoudre ses problèmes ».

Quatrième à moins de deux dixièmes de Zarco, l’italien se montrait plutôt satisfait à l’issue de journée. Alors comment analyser ces performances des uns et des autres ? Viñales estime que la prestation de Zarco sur la 2017 est un signal d’alarme, Zarco semble refuser de croire que cette machine n’est pas performante et Rossi semble l’avoir mauvaise du fait qu’on ne le croit peut-être plus sur parole.

On y verra probablement plus clair en 2018, à Sepang mais on se souviendra qu’avec cette M1 2017, Viñales a semblé imprenable jusqu’à Austin ! Rossi : « Je suis plutôt content, j’ai été assez rapide aussi bien sur un tour rapide que sur mon rythme. C’était une journée positive. Nous sommes repartis du châssis 2016 et nous avons réussi à trouver un bon équilibre, ce qui n’était pas possible le dimanche avec aussi peu de temps disponible. Bien entendu, le problème de la consommation des pneus demeure.

Personnellement, la situation est claire, cette année, Yamaha a conçu une moto qui voulait résoudre le problème de l’usure excessive du pneu arrière. Cela a fonctionné en partie, mais en revanche, la M1 est devenue plus difficile à piloter et plus lente. À mon avis, il vaudrait mieux repartir du châssis 2016 en tentant de résoudre ses problèmes. Nous avons travaillé une année sur la M1 2017 pour essayer de retrouver la vitesse que nous avions l’année précédente, nous n’y sommes pas parvenus en l’espace de 18 courses donc je pense que nous ne réussirons jamais.

Pour ce qui est du moteur, j’ai essayé le prototype de celui qui devrait être utilisé l’année prochaine mais malheureusement, je l’utilisais lorsque je suis tombé et en 2 ou 3 tours je n’ai pas pu comprendre grand-chose je devrai le réessayer demain. »

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de