Raconte-moi ton casque – Johann Zarco : double sens et amitié indéfectible



Philippe Jacquemotte est journaliste au sein des rédactions de RTL-TVI et de Bel RTL depuis plus de vingt ans, ce qui lui a permis d’approcher de près les principaux acteurs de sa passion…les pilotes !

Amené a réalisé de brèves interviews à caler lors des reportages d’avant Grand Prix, il lui est un jour venu l’idée de demander à Jorge Lorenzo de parler du design de son casque…c’était au Grand Prix d’Espagne à Jerez en 2011 ! La machine était lancée ! S’en est suivi un magnifique ouvrage reprenant 120 histoires qui se cachent derrière les casques de nos idoles.

De Marquez à Rossi, de Prost à Senna, de Schwantz à Gardner, de Schumacher à Alonso en passant par de Radiguès, Tambay ou Casey Stoner, Philippe Jacquemotte vous raconte tout.

Après vous avoir conté les histoires des casques de Marc Marquez et de Casey Stoner, nous allons nous attarder sur le casque de Johann Zarco et de ses doubles-sens.

Personnage atypique et d’abord surprotégé par son manager, Laurent Fellon, Johann Zarco a mis un certain temps avant de marquer l’esprit des gens.

Il faut dire que le français n’est pas arrivé par une des grandes filières de pilotes (Espagne, Italie) et c’est progressivement et à force de travail qu’il est devenu un de ceux qui comptent au moment d’établir les pronostics.

Tout a commencé chez Laurent Fellon qui l’a accueilli chez lui et qui lui a donné sa chance. L’occasion d’un premier double-sens ! Le cœur pour Andrea Fellon, l’épouse hongroise de Laurent : « Sur les côtés, c’est le drapeau hongrois. C’est un hommage à Andrea Fellon, l’épouse de Laurent, qui n’a pas eu le choix, qui m’a accueilli dans sa famille et qui s’est sacrifiée pour que moi et Laurent puissions réussir en Grands Prix » et la reconnaissance pour Gabor Talmacsi : « j’ai fait des essais avec lui en 2008 et comme nous n’avions pas d’argent, c’est lui qui a parlé de moi à plusieurs écuries, ce qui m’a permis de débuter en mondial en 2009. »

Un autre double sens se cache également derrière le soleil levant qui orne le dessus de son casque, le Japon et l’identification : « l’idée du soleil levant m’a été inspirée par mon ami, coach et manager Laurent Fellon. Il a travaillé sur les Grands Prix à la fin des années 1990, au moment où beaucoup de japonais sont arrivés, à l’image de Noboru Ueda et Kazuto Sakata. Laurent me racontait beaucoup d’histoires relatives à ces pilotes. Ces histoires me fascinaient et je me suis dit que j’allais faire un clin d’œil à ces japonais avec ce signe, qui est aussi celui des kamikazes, mais qui est surtout très beau et très facile à reconnaître. »        

Outre le drapeau français, celui de son pays, Johann Zarco arbore également fièrement la photo de lui et de son manager unis sous la bannière de ZF Grand Prix : « nous formons une équipe, sans lui je n’y serais pas arrivé, sans moi il ne serait certainement pas là non plus. Quand je suis sur la moto, il y est aussi. »

Johann Zarco, le seul à ce jour à avoir réussi à remporter deux championnats du monde en Moto2, n’a pas toujours fait l’unanimité auprès du public, la faute peut-être à une timidité excessive.

Mais si le public, le paddock et la presse ne sont pas sa tasse de thé, sur la piste, le français a su mettre tout le monde d’accord dès sa première saison en catégorie reine.

En quelques semaines, il aura réussi à semer le doute dans la tête des dirigeants de chez Yamaha et de celles des pilotes officiels.

La saison prochaine, au moment de négocier les contrats, Zarco ne sera peut-être pas la pierre angulaire du marché mais le rookie de l’année jouera sa carte en imposant un choix cornélien à Yamaha : le garder et perdre Rossi ou Viñales ou le perdre et permettre à KTM de faire l’affaire du siècle ! Ce n’est pas seulement bien joué de la part du pilote Tech3, c’est un véritable coup de maître.

Demain, nous vous raconterons une autre histoire, celle de Valentino Rossi, mais si vous désirez découvrir toutes les autres, le bouquin « Raconte-moi ton casque » (aux éditions ETAI) se trouve dans toutes les bonnes librairies.

Stay tuned !       

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de