KTM pense pouvoir viser le top-5



Avec six résultats dans le top-10 en 2017, KTM a dessiné une belle courbe de progression. Le constructeur autrichien n’entend pas s’arrêter en si bon chemin.

« Pas question de ralentir. Nous essayons toujours de donner le maximum et nous allons déployer encore plus d’efforts en 2018, pour tenter de combler ce petit écart qui nous sépare à ce jour des meilleurs » : l’affirmation, sans ambages, vient de Pit Beirer, à la tête de KTM Motorsport. Ancien vice-champion du monde de motocross, l’Allemand a la compétition dans le sang. La première saison de KTM en MotoGP le laisse donc optimiste pour la suite.

Le constructeur autrichien peut en effet se féliciter de son année 2017. Si le premier Grand Prix, au Qatar, s’est achevé au-delà des points, les pilotes Pol Espargaro et Bradley Smith ont ensuite multiplié les apparitions dans le top-15, puis dans le top-10. L’Espagnol, plus rapideque son coéquipier, a même obtenu une neuvième place à Brno puis Phillip Island, remontant jusqu’à la dix-septième place du classement général.

Pit Beirer tient à souligner le travail de ses hommes : « Je pense que nous ne pouvions pas trouver de meilleurs pilotes. Chacun a fait sa part de travail et il ne faut pas oublier qu’ils ont pris un risque en rejoignant un nouveau team car au départ la moto n’était pas très compétitive. Ça demande un certain engagement […] Pol s’est adapté plus rapidement, il a su contourner les problèmes. Bradley, une fois en confiance, était aussi très fort. Il nous a d’ailleurs permis de sauver la cinquième place au classement constructeur. Mika a également fait un excellent travail. Nous sommes fiers d’eux. »

Alors que les premiers essais de la saison 2018 approchent à grands pas, les premiers objectifs commencent à être fixés. « L’an dernier, à partir de la deuxième moitié de saison, nous avions commencé à rafler nos premiers tops-10. Donc la prochaine étape devrait être le top-5. Je ne parle pas au Championnat, mais sur certaines épreuves ça devrait être possible. » Il compte pour cela sur « l’expérience acquise durant la première année, ainsi que dans les autres catégories. Nous savons qu’il est possible de progresser, si nous parvenons à bien analyser les points faibles et que nous travaillons dur. Après un an, notre groupe est également beaucoup plus fort ».

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de