MotoGP : Lüthi panse ses plaies



Le Champion du Monde 125cc 2005, Tom Lüthi s’est exprimé sur le long chemin de croix que fut le sien à la suite de sa blessure à la cheville, occasionnée par une terrible chute, sur le circuit de Sepang en 2017.

De l’énergie, du courage il lui en fallu, pour se remettre vite, afin d’être prêt, de nouveau, pour enfourcher une machine en novembre 2017 à Valence, lors des tests d’hiver. Malheureusement, et malgré sa pugnacité, il aura dû attendre fin janvier et les tests de Sepang, pour découvrir la Honda du team Marc VDS.

Il précise :

« Ce n’était pas facile mentalement. Mon médecin et mon physiothérapeute sont restées bouche bée en voyant les progrès que je faisais tous les jours et de constater que ma cheville se remettait vite. Je travaillais vraiment pour ça tous les jours. Ce fut une période fastidieuse et pas facile mentalement. Le jour où j’ai pu ranger les béquilles, çà a été un soulagement et les choses se sont vraiment améliorées ».

« Je me suis entrainé en janvier sur le circuit de Motocross à Recas en Espagne. J’étais avec Julian Simón que je connais depuis longtemps. Nous sommes partis à Madrid pendant 3 jours. Il a fallu faire attention car ma rééducation était essentiellement basée sur la physiothérapie et sur l’entraînement pour me reconsolider musculairement. J’avais prévu d’y aller toutes les semaines. Pendant la semaine j’étais à la gym tous les jours, pas le week-end. C’était agréable de se réasseoir sur la selle d’une moto et de retrouver des sensations. Je savais que je pourrai de nouveau piloter. Nous avons fait du kart aussi ».

« C’était sympa de faire du motocross à nouveau. Ensuite, vous arrivez à la limite de ce que vous pouvez endurer au niveau des muscles du bras et c’est donc un bon entrainement. C’était parfait. Dans la semaine précédant le test de Sepang, j’étais de retour avec un copain dans le nord de l’Italie pour faire du motocross. À 6 heures nous nous sommes assis dans la voiture, à 9 heures nous étions de retour. Il y a eu des sauts, mais j’essaie toujours de choisir les routes pour que les sauts soient faciles et pas dangereux. Je ne suis pas un pro du motocross mais j’aime les sensations que cela apporte. C’est un très bon entraînement pour moi. Parfait pour les bras, les épaules et l’équilibre ».

 « J’ai testé ma cheville pour la première fois le 24 décembre dernier en faisant du ski. Ce fut très stressant mais çà a tenu et c’est là que je me suis rendu compte à quel point le travail physique que j’avais fourni, même si ça a été dur parfois, payait maintenant ».

  

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de

Facebook

Applications

Disponible sur Google Play
Disponible sur Apple App Store