« 22 Grands Prix, c’est trop » pour Alex Hofmann



Fatigue des pilotes, des acteurs du paddock et même des fans : pour Alex Hofmann, le championnat à 22 courses qui se profile à l’horizon n’est pas une bonne idée.

Si vous pensiez que les 19 Grands Prix organisés en 2019 – une première –, c’est déjà trop, alors la suite ne va pas vous plaire. La campagne 2020 va aller encore plus loin puisque 20 épreuves seront au programme, avec l’ajout de la Finlande. Et les discussions actuelles évoquent un calendrier à 21 ou 22 courses d’ici à quelques années. La Dorna ne manquera pas de candidats : l’Indonésie arrive, le Brésil aussi, la Hongrie se prépare, le Portugal aussi…

Réduire les tests, repenser le format des Grands Prix, compresser les week-ends de compétition sur deux journées : les acteurs du championnat du monde de vitesse moto sont en train de chercher des solutions. Le fait que l’on se dirige vers un calendrier à 22 étapes semble inéluctable.

Est-ce trop ? « Oui », répond à Motorsport-Total l’ancien pilote MotoGP Alex Hofmann. À son époque, les saisons comprenaient entre 15 et 17 courses. L’Allemand évoque une mise en danger de la santé des pilotes, car « c’est un sport dangereux. Les pilotes ne passent pas entre les mailles des blessures. Il ne faut pas l’oublier ». Plus de courses, donc plus de chances de se blesser.

Il estime également que la cadence sera difficilement tenable. « J’étais en Espagne au dernier test MotoGP. Là, j’ai vu des visages pâles, des mécaniciens avec les épaules qui tonbaient. À les voir, c’était vraiment limite. Personne n’avait plus de motivation. Jack Miller a eu les larmes aux yeux quand il a eu son billet pour l’Australie dans les mains. Et c’était après une saison de 19 Grands Prix plus tests. »

Pour Alex Hofmann, ce sera aussi trop pour le personnel du mondial MotoGP. « La plupart des mécaniciens sont des hommes expérimentés, qui ont entre 50 et 60 ans. Chaque voyage de retour est comme s’évader du paddock pour passer une journée de plus en famille », commente-t-il. Et même les supporters pourraient en avoir marre : « Je pense que les fans seront également saturés, même s’il y aura de nouveaux circuits comme en Indonésie. »

Brivio : « 22 courses, ça va être très exigeant »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de