Mugello, MotoGP, Ducati, preview : Rossi sans Burgess et Hayden arrivent devant leurs juges.



Si la fin du week-end à Assen a été acceptable pour les rouges de Borgo Panigale, il n’en était pas de même après les qualifications. En introduisant la GP11.1, l’attente était énorme et pourtant la vérité en course reste implacable, aussi bien la GP11 que sa soeur la GP11.1 ont terminé à plus de 30 secondes du brillant vainqueur, Ben Spies.

Valentino Rossi, qui devra se passer de son chef mécanicien, Jeremy Burgess, retenu au pays pour des raisons familiales, arrive en Italie en n’étant pas favori et avec la pression énorme que certains fans des motos de Bologne ont décidé de lui mettre.

Les résultats se faisant attendre, les bouillants Italiens commencent à se faire entendre et installent une pression qui, de mon propre avis, n’est en aucun cas propice à la sérénité et au temps que Rossi et Cie ont besoin afin de porter leur projet à maturité.

Valentino Rossi : « Tout d’abord je voudrais souhaiter bonne chance bonne à Jeremy (Burgess) qui ne pourra pas être avec nous cette semaine pour des raisons personnelles très importantes. Il va beaucoup nous manquer dans le box mais nous l’attendons pour le Grand Prix du Sachsenring. En attendant, nous devrons essayer d’être bon au Mugello, où il est vrai que nous avons tourné avec la GP12, mais notre moto étant une 800cc, elle répond un peu différemment aux réglages en plus d’être seulement dans la première étape de son développement. Il sera important de trouver rapidement la bonne façon d’améliorer le set-up, car chaque tour est essentiel pour se qualifier correctement. La piste est l’une de mes préférées et j’y ai toujours été très fort. Y revenir après l’incident de la saison passée, ne me pose aucun problème parce que quand j’y ai fait les tests avec la GP12, j’ai juste ressenti un grand plaisir à y piloter, comme toujours ».

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de