Trois questions à Xavier Simeon avant le Mugello



Après une préparation hivernale convaincante et un début de saison encourageant, Xavier Simeon subissait un coup d’arrêt au Mans.

Bien abîmé, le pilote Tech3 décidait tout de même de courir à Silverstone mais dans un état qui ne lui avait pas permis de s’exprimer librement.

Ensuite, comme en moto tout se joue dans la tête, il s’est mis à douter, mais il a pu relever la tête au meilleur moment…en course, à Assen.

Remonter par son résultat, le Belge se présentait au Sachsenring avec le couteau entre les dents et la récompense était au bout de son week-end. Meilleure qualification de sa carrière en Moto2 et huitième place en course.

Maintenant, c’est au Mugello qu’il arrive et bien entendu, il y débarque avec la ferme intention de rééditer ses bonnes performances de l’Allemagne et plus si possible.  

Après une bonne course en Allemagne, quelles seront tes ambitions en Italie ?

Après le Grand Prix d’Allemagne où j’ai été performant tout le week-end, aussi bien sur le sec que sur le mouillé, j’arrive au Mugello extrêmement motivé. La saison dernière j’y avais été performant et c’est un circuit que j’apprécie particulièrement. L’objectif est donc d’y obtenir le même type de résultat et même mieux, si possible.

On disposera enfin du nouveau carénage pour notre Mistral 610 qui, en théorie, devrait être beaucoup mieux. Evidemment il va falloir le mettre à l’épreuve de la piste mais il devrait nous apporter un plus au niveau de notre vitesse de pointe.

L’ambition est de me battre, à nouveau, dans le top10 et je pense que je peux y arriver car j’ai retrouvé ma vitesse.

Au Sachsenring, tu as encore souffert de la main gauche, comment se porte-t-elle une semaine après ?

En Allemagne, sur ce tracé exigeant, j’ai vraiment eu du mal en fin de course parce que je suis obligé de tenir mon guidon à deux doigts vu que je ne sais pas plier mon annulaire gauche.

Le Mugello, ce n’est pas un circuit facile non plus car il balance en permanence de gauche à droite et les changements de direction sont très rapides et à ça, s’ajoute aussi le fait qu’il y règne souvent une chaleur accablante. Mais bon, je suis préparé psychologiquement à me battre et je pense que ça ne me posera pas de problème.

On dit souvent que le Mugello est un circuit mythique pour son tracé mais aussi pour son environnement, est-ce ton avis aussi ?

La première année où j’ai roulé là-bas, j’ai eu énormément de mal mais l’année dernière, j’y avais réalisé un super week-end.

C’est un circuit magnifique, dans un cadre magnifique. Encastré dans les montagnes, il monte, il descend et en un mot comme en cent, je l’adore !

Voilà donc qui est clair. Bonne chance Xavier !

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur facebook    

Photo : Lionel Nolette 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de