Jorge Lorenzo s’est promené…le spectacle était derrière !



Pour la première fois en 63 ans d’histoire, la première ligne de la catégorie reine était 100% espagnole.

On savait que Lorenzo et Pedrosa seraient très certainement sur le podium et on savait tout autant que Barbera, troisième des qualifications, aurait du mal à défendre sa place.

Et c’est ce qui s’est passé aujourd’hui sur le magnifique tracé du Mugello.

Lorenzo a repris la place qu’il méritait, la première et personne n’a pu contester sa suprématie. Il remporte sa cinquième victoire en neuf courses et accentue encore un peu plus sa première position au classement d’un championnat du monde qui lui semble, plus que jamais, promis.

Car qui pourrait lui contester ?

Pedrosa (deuxième), aujourd’hui, a fait ce qu’il a pu mais malgré ça, Lorenzo a pu se permettre de saluer ses fans pendant sa dernière boucle, ce qui se passe de commentaire.

Stoner (huitième), aujourd’hui, s’est illustré par son manque de lucidité. Au risque de nous faire incendier par ses fans, Zarco a shooté Espargaro…il a été puni, Bautista a shooté Lorenzo, il a été puni…aujourd’hui Stoner a perdu patience et a tassé Bautista, après avoir déjà sorti Petrucci en FP3. Je vous laisse libre d’interpréter ces incidents, mais je pense que ce n’est pas parce qu’on est champion du monde, qu’on peut manquer de respect et de correction envers les autres.

Mais aujourd’hui, ils sont nombreux ceux à qui il faut tirer son chapeau…Bradl par exemple, quel bonheur de voir la joie dans ce sympathique team LCR. Un jour Christophe Bourguigno, l’ingénieur de Bradl (quatrième), nous disait que dans une écurie satellite, on vivait dans l’espoir de ce genre de petit résultat car, même avec une RC213V, on se bat avec des budgets et des moyens limités.

Bradl vient d’écrire une des pages de l’histoire de LCR et c’est un vrai bol d’air pour les amoureux du MotoGP que nous sommes.

Dovizioso aussi doit être félicité pour son quatrième podium en cinq courses. Quelle belle saison pour Hervé Poncharal et toute son  équipe. L’Italien a pris l’ascendant sur son équipier, Cal Crutchlow et s’impose comme le choix inéluctable pour Iwata.

La saison dernière l’Italien avait réussi à monter sur le podium à 7 reprises, il n’en est déjà plus qu’à trois longueurs.

Rossi aussi doit être félicité car, sans un mauvais départ (il était douzième au premier virage), il se serait battu pour la troisième place. Après une qualification désastreuse, il a de nouveau réussi à reprendre le meilleur sur les autres représentants de Borgo Panigale et aussi, pour la seconde fois, sur son probable futur équipier, Cal Crutchlow.

Il termine cinquième, sa meilleure performance de l’année sur le sec.

Crutchlow (sixième) lui, perd doucement pied dans ce championnat et ne parvient plus à mettre Dovizioso, son équipier chez tech3, en difficulté. C’est une des déceptions de ce Grand Prix.

Mais LA déception c’est encore une fois Ben Spies (onzième) qui a réussi a terminer tout juste devant la… la CRT de Randy de Puniet qu’au passage, nous félicitons pour sa belle performance.

Enfin, nous terminerons par le cas de Nicky Hayden, qu’on ne peut pas blâmer puisqu’il a tout tenté et, au final, c’est ce qu’on attend de lui. Aujourd’hui, il s’est accroché et sans cet excès d’optimisme il aurait pu finir quatrième.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments