Dovizioso sur l'arrivée de Lorenzo : « Je l'ai pris comme un défi »

Quand Jorge Lorenzo a été signé chez Ducati, Andrea Dovizioso passait au second plan. Depuis, l’Italien a pris le dessus, tirant de la motivation de cette arrivée.

En avril 2016, la planète moto était agitée après la signature de Jorge Lorenzo dans le Ducati Team. L’Espagnol allait ainsi rejoindre Andrea Dovizioso, qui roulait lui dans l’équipe depuis 2013. L’arrivée de Lorenzo chez les Rouges était vécue comme un événement important, l’Espagnol relevant le défi que Valentino Rossi n’avait pas su mener à bien. Allait-il réussir ?

Pendant ce temps, Dovi poursuivait le développement de la Desmosedici et sa progression à son guidon. Jusqu’à remporter le Grand Prix de Malaisie, quelques mois après celle de son coéquipier Andrea Iannone en Autriche et quelques semaines avant les premiers tours de Lorenzo sur la Ducati. Mais ensuite, les choses ne se sont pas passées comme le clan du majorquin l’aurait souhaité.

Alors que tous les yeux étaient rivés sur le n°99, c’est son coéquipier qui devenait la star du championnat. Deuxième au Qatar puis vainqueur au Mugello, en Catalogne, en Grande-Bretagne… à tel point qu’il est passé tout près de devenir le deuxième champion du monde de l’histoire de son constructeur. À la fin de la saison 2017, cinq places et surtout 124 points séparaient les deux hommes.

Et jusqu’à présent, 2018 suit un chemin semblable puisque Dovi a gagné au Qatar, où Lorenzo a chuté. Andrea Dovizioso est devenu le n°1 dans le box Ducati, à tel point qu’il peut poser ses conditions pour le mercato 2019 là où Lorenzo voit sa place menacée.

Dovizioso, comme il l’affirme sur Sky Sports, a su tirer profit de l’arrivée de Lorenzo : « Cela a été positif pour moi, parce que je l’ai pris comme un défi. Il était clair que Ducati se concentrait sur lui et ne croyait pas autant en moi. Je n’avais aucun doute sur le fait Lorenzo et moi étions sur un pied d’égalité en termes de matériel et de technique, ce qui était la seule chose qui comptait.

Dans une telle situation, vous pouvez vous comporter de deux manières différentes : élever la voix et s’écharper, ou ne pas donner pas d’importance à ces choses, travailler sur soi-même et tout donner. » L’Italien a choisi la deuxième option, et cela a fonctionné.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de