Honda veut récupérer Andrea Dovizioso



Andrea Dovizioso est Italien mais contrairement à beaucoup de ses compatriotes, il est calme, réservé et n’accorde que peu d’importance au côté médiatique de son travail.

Dovi n’est pas là pour se montrer et les spotlights ne sont pour lui qu’un vague concept parce qu’Andrea est un travailleur acharné dont la passion est de rouler.

Vexé par l’attitude de Honda a son égard, qui, refusant de lui renouveler son contrat, avait choisi de privilégier le regretté Marco Simoncelli, il préférait courir le risque de devenir un pilote privé chez Tech3, plutôt qu’un pilote semi-officiel chez LCR.

Ce faisant, il avait aussi dû renoncer à son juteux contrat avec Red Bull pour endosser le bien moins rémunérateur M de Monster.

Mais aujourd’hui, à force de travail, il a déjà offert quatre podiums à Hervé Poncharal et ses performances n’ont pas manqué de tomber dans l’œil de son ancien employeur.

Au HRC, on sait ce qu’on a perdu et on aimerait maintenant le récupérer. Pour ce faire, on vient de lui proposer une place chez Gresini.

« J’ai parlé avec Yamaha, mais ils n’ont encore rien décidés. Ils ne m’ont pas non plus dit quelle était leur limite de temps, mais je pense que nous saurons tout après Laguna Seca. Malheureusement, les résultats seuls ne sont pas suffisants,nous n’évoluons pas dans un monde seulement méritocratique ».

Sans aucun doute, Dovizioso doit faire référence à ce que nous vous relations en fin de semaine dernière, à savoir que Yamaha USA pourrait délier les cordons de la bourse pour conserver un Américain, Ben Spies, sur la selle de la M1 d’usine (lire ici

Quant à l’offre de Honda, si elle n’est plus son premier choix, il ne veut pas l’exclure, tout comme le Superbike.

« Honda est une possibilité et elle est importante. J’ai toujours été là et je sais à quoi m’attendre, c’est une moto difficile mais ce n’est pas un hasard s’ils réussissent toujours à avoir deux pilotes rapides en permanence sur la RCV.

Je pense également à des voies très différentes car la chose primordiale est d’être en mesure de me battre pour des résultats importants. Le Superbike est aussi une option ».

On dit souvent que la vengeance est un plat qui se mange froid, mais cet adage est certainement incomplet car pour Dovizioso, on serait tenté d’ajouter, la vengeance est un plat qui à force de travail, de sérieux et d’engagement total se mange froid.

En attendant, lorsque le représentant de Honda est venu prendre la température auprès de lui, il a vraiment dû avoir bon !

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Photo : Lionel Nolette

Source : gpone

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments