Rea n'ira pas en MotoGP sans une moto compétitive



Jonathan Rea passera-t-il du WorldSBK au MotoGP ? Lui, qui n’irait que s’il peut être compétitif, n’y croit (presque) plus.

À 31 ans, Jonathan Rea est un homme heureux. Triple-champion du monde Superbike en titre, il va, en 2018, tenter d’obtenir une quatrième couronne consécutive. Vainqueur d’une manche en Thaïlande le week-end dernier, le Britannique est en tête du classement général. Son contrat avec Kawasaki expire cette année. Où ira-t-il ensuite ?

La question, comme rapporté par MCN, lui a été posée cette semaine en marge des Torrens Trophy. « Pour l’instant nous explorons toutes les opportunités, dévoile-t-il. Il est encore trop tôt pour dire exactement ce que je vais faire, mais je suis vraiment heureux chez Kawasaki. Je me sens comme chez moi en Superbike, donc dans un monde idéal nous continuerons ensemble.

Mon manager est plus occupé à ce stade de l’année qu’il ne l’a jamais été avant ! rajoute Rea, confirmant que beaucoup de monde s’intéresse à lui. De mon côte je me demande ce que je recherche. Est-ce que je cherche à être encore plus heureux ? Pas sûr que cela soit possible ! Est-ce que je veux du changement ? Pas vraiment… Je suis juste content d’avoir une moto avec laquelle je peux gagner des courses. »

Il y a quelques mois, Rea certificiait qu’il lui avait été « demandé de venir en MotoGP » (lire ici). Mais le Britannique, qui intéressait Livio Suppo en 2014, a toujours rétorqué qu’il ne le ferait pas sans être dans de bonnes conditions. « C’était mon rêve d’y aller, mais les meilleurs pilotes du monde y roulent donc si je vais en MotoGP j’ai besoin d’un bon package. J’aurais besoin de rattraper un grand manque d’expérience sur les motos, les circuits et avec ces pneus. Il n’y a aucun intérêt de rouler pour une équipe satellite quand des pilotes officiels ont un meilleur matériel.

Je ne veux pas simplement être une personne de plus dans le paddock, je veux me mesurer équitablement aux meilleurs pilotes du monde. Mais honnêtement, à 31 ans je ne crois pas que j’aurais cette opportunité », conclut le pilote Kawasaki. En 2012, le HRC l’avait appelé pour remplacer Casey Stoner, blessé, sur la Repsol Honda. Le Britannique avait terminé huitième à Misano puis septième en Aragon – pas mal pour un « débutant ». Il n’était alors qu’un candidat au podium en WSBK.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de