Valentino Rossi : « Franco Morbidelli pourrait bien piloter une Yamaha en 2019 »



A 39 ans, Valentino Rossi, n’a certes plus rien à prouver à la classe du MotoGP au regard de ses neuf titres mondiaux décrochés brillamment…Et pourtant, comme tout à chacun, il a des projets, un jardin secret où il cultive des rêves secrets…et où il égraine l’amitié qu’il porte à certains de ses rivaux ou pas…

 C’est ainsi lorsqu’il parle de son petit protégé Franco Morbidelli, il déclare :

« Franco a montré à Doha qu’il était un très bon pilote. Ce n’est pas facile cette saison de s’asseoir sur une moto qui est difficile à piloter. Il mérite une machine d’usine ou au moins une moto qui le fera gagner. Il se pourrait qu’il prenne place au guidon d’une Yamaha en 2019. Au moins, je le voudrais sur un M1. Mais il aimerait bien plus. »

Le Champion Italien reconnait aussi la belle ascension d’Andrea Dovizioso ces dernières années en indiquant :

« Dovi ne s’est jamais plaint de toutes ces années où ça a été dur pour lui et soudain, à l’âge de 31 ans, il est devenu un super-vainqueur. Dovizioso et Marquez sont les pilotes à battre, presque plus Dovizioso même ».

Lorsqu’est évoqué le nom de Zarco du Team Tech3, Rossi précise en ces termes :

« Il y avait un choix à faire. Johann Zarco voulait ma moto. Donc, je ne peux pas être très objectif quant à cette question. Je suis donc heureux et satisfait que Yamaha ait décidé de me garder ».

Enfin, Le Doctor a confié que son souhait serait de courir des courses de championnat contre son demi-frère Luca Marini âgé de 20 ans, qui actuellement engagé dans son équipe Sky Racing de classe Moto2.

Il a dit à ce propos :

« Je plaisantais en disant que je m’arrêterais avant que mon frère ne vienne me battre. Cela semblait en fait absurde, mais maintenant cela pourrait devenir une réalité, c’est tangible. Mais Luca a beaucoup de travail à faire ».

En 2020, à la fin de son contrat, Valentino Rossi aura 41 ans. Sa motivation, sa détermination semblent toujours intactes toute comme son incessante et perpétuelle remise en question qu’il a confirmé en ces termes :

« Vous devez toujours vous réinventer dans la course. Si je conduisais aujourd’hui comme je l’étais il y a dix ans, je serais au milieu de nulle part ».


Stay Tuned

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de