#ArgentinaGP : Ezpeleta défend « la bonne décision »



Le départ du Grand Prix MotoGP d’Argentine restera comme l’un des plus étranges et controversés de l’histoire du championnat du monde. Carmelo Ezpeleta, le patron de la Dorna, a tenu à réagir aux critiques qui sont adressés depuis dimanche à la direction de course.

Rappel des faits : tous les pilotes de la catégorie se présentent sur la ligne de départ avec des pneus pluie. Tous, sauf un : Jack Miller. Le poleman a senti que la pluie n’allait pas revenir, et que la piste allait sécher. Sa Ducati est donc équipée de slicks. À quelques minutes du départ, les 23 autres pilotes comprennent qu’ils doivent faire de même et rentrent aux stands pour changer de moto.

Tous devaient donc partir des stands, mais cela n’a pas eu lieu. Le départ a été retardé, Miller est resté seul sur la grille… pour finalement prendre le départ sur la même grille que ses adversaires, mais avec une trentaine de mètres d’avance. Depuis, la direction de course est accusée d’amateurisme face à la situation. Et le pauvre Miller, dans tout ça et après ce long moment de solitude, n’a finalement que peu profité du fait qu’il avait fait le bon choix.

« Miller était le seul pilote à avoir choisi des pneus slick, reconnaît Ezpeleta – ce qui n’avait échappé à personne. Tous les autres devaient repasser par la pitlane pour changer pneus et réglages. Nous avions rencontré une situation assez similaire au Sachsenring il y a quelques années, presque tous les pilotes étaient partis de la voie des stands. Nous avons donc décidé de lancer une nouvelle procédure de départ, décision partagée par une grande majorité d’équipes. Cette décision a été prise pour des raisons de sécurité et c’était la bonne décision. »

Selon le boss de la Dorna, ce choix a donc été guidé par la sécurité – pour éviter un départ à 23 depuis les stands. Revenant ensuite sur les incidents (comportement de Marc Marquez, sanctions…), il réaffirme que « les conditions étaient difficiles. Il n’y avait qu’une seule trajectoire. Ce qui s’est produit, tout le monde l’a vu. Depuis deux ans, la Dorna n’est plus impliquée dans le processus de nomination des commissaires. Ces derniers sont désignés par la FIM et l’IRTA. Lesquels ont pris une décision que je ne jugerai pas. Dans tous les cas, nous discuterons de tout ça avec les pilotes lors de la prochaine Commission de Sécurité à Austin ».

Voici donc pour la version officielle.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de