#AmericasGP, course : Austin 6.0 planète Marquez



Dans certains sports, lorsque la domination de l’autre équipe est trop forte, il arrive parfois qu’on dise qu’il n’y a pas eu match et aujourd’hui, à Austin, on peut dire qu’il n’y a pas eu course tant Marc Marquez s’est montré infaillible.

Pourtant, les conditions étaient réunies pour que l’espagnol soit sous pression. Tout d’abord, avant d’arriver sur la piste texane, tout le monde avait encore en mémoire les escarmouches du Grand Prix d’Argentine où, après plusieurs sanctions et plusieurs attaques à la limite, le Champion du monde avait fini par mettre Rossi au tapis et perdre l’entièreté des points.

Ensuite, il y avait la sanction d’hier où, après avoir gêné Viñales en Q2, il s’était vu privé de sa pole en étant rétrogradé trois places plus loin.

Bref, on s’attendait à une course un tantinet serrée avec des pilotes comme Viñales, Iannone ou Rossi qu’on croyait capable de faire douter le pilote Honda. Mais aujourd’hui, on a été loin, très loin de tout ça !

Si c’est Iannone qui prenait le meilleur départ, son leadership durait moins d’un tour puisque Marquez ne tardait pas à placer sa Honda devant tout le monde.

Deux tours après, le même Iannone s’offrait une ultime tentative mais il attaquait de trop loin et Marquez en profitait pour s’en aller.

La course était déjà terminée et au vingtième tour, Marc Marquez comptait plus de sept secondes d’avance non pas sur Iannone mais sur Maverick Viñales qui avait passé l’italien au septième tour.

On pensait que Rossi imiterait son équipier mais après s’être rapproché à deux dixièmes de Iannone, il baissait finalement pavillon et laissait partir le pilote Suzuki qui offrait ainsi à Hamamatsu son second podium en autant de course.

Derrière, Zarco se voyait opposé à Crutchlow, qui terminera finalement dix-neuvième après avoir chuté au huitième tour, Dovizioso et Dani Pedrosa.

Si Pedrosa, toujours souffrant, devait laisser ses adversaires s’en aller, Dovizioso, de son côté, se montrait de plus en plus menaçant pour le français qui finissait par abdiquer à quatre tours de la fin.

Dovizioso termine donc cinquième et par la même occasion, retrouve la tête du championnat du monde avec…46 points, soit un de plus que Marc Marquez et cinq de plus que Viñales.

Derrière ces hommes, une autre bagarre opposait Tito Rabat, Jorge Lorenzo, Jack Miller et Aleix Espargaro.

Rabat se rapprochait doucement de Lorenzo et au seizième tour, les choses se gâtaient pour le pilote officiel Ducati puisque d’abord passé par Rabat, Miller s’engouffrait, l’accrochait quelque peu et creusait une brèche dans laquelle Espargaro ne manquait pas de foncer.

Jorge Lorenzo termine finalement onzième à plus de trente secondes de Marc Marquez. L’espagnol semble plus que jamais en dehors du coup avec six petits points en trois courses.

La fracture entre lui et son équipe se marque encore un peu plus et il faudrait probablement un miracle (même s’il n’est pas certain qu’il en ait envie) pour qu’il sauve son contrat chez les rouges.

Xavier Siméon termine vingtième, juste devant un autre rookie, Franco Morbidelli. Syahrin a abandonné et Nakagami est le seul nouveau venu à marquer des points.

Le prochain rendez-vous aura lieu le 6 mai et à cette occasion, la caravane du MotoGP retrouvera le chemin de l’Europe sur le circuit de Jerez.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook     

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de