Philip Morris prêt à financer le retour de Rossi chez Yamaha ?



C‘est en tout cas la nouvelle rumeur lancée aujourd’hui par nos confrères de Motocuatro.

Selon eux Philip Morris, via leur marque phare de cigarette, Marlboro, serait prêt à laisser tomber Ducati pour offrir, à Valentino Rossi, une M1 factory, aux côtés de Jorge Lorenzo.

A la base de cette rumeur, se trouve plusieurs réunions tenues par Maurizio Arrivabene, le patron de la communication et du marketing de Philip Morris, avec notamment Carmelo Ezpeleta et Valentino Rossi en personne, au Mugello.

Pourtant, il y a dix jours, au Sachsenring, Audi, futur propriétaire de Ducati, avait fait une offre à Rossi qu’il avait lui-même qualifiée d’irresponsable. Toutefois, à l’issue de cet entretien, le pilote italien avait exprimé quelques doutes (lire ici), non pas sur l’implication d’Audi dans le projet, mais bien sur la question de savoir si Ducati, nonobstant cette implication, serait en mesure de lui fournir une moto compétitive : « Audi a un grand potentiel, mais en ce moment, ils font des voitures, pas des motos et ils ne disposent pas d’une baguette magique. »

Alors, si on en croit Motocuatro, Philip Morris, flairant le bon coup en cas de retour à la victoire du blond de Tavulia, aurait proposé à Rossi et à Ezpeleta, de financer son retour sur une machine d’Iwata.

Evidemment, si une telle opération ne serait pas pour déplaire à Yamaha, vu les difficultés récurrentes de la marque japonaise à attirer un gros sponsor, elle représenterait une sacrée tuile, pour Borgo Panigale et Audi, qui pourrait même aboutir au retrait pur et simple du constructeur de Bologne de la compétition.

En effet, perdre Rossi et son sponsor principal, la même année, ça en découragerait plus d’un alors c’est là que Carmelo Ezpeleta, déjà en quête de motos pour remplir la grille, aurait eu une idée géniale : proposer au cigarettier de sponsoriser aussi bien Yamaha que Ducati.

Ce n’est qu’une rumeur mais si elle venait à se vérifier, il faut bien avouer que le fait de se dire qu’un fabricant de cancer détienne, entre ses mains, le sort d’un constructeur qui fait rêver autant de monde, nous laisserait un goût bien amer en bouche.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook 

Photo : Lionel Nolette

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de