2019 : et si c'était sans Lorenzo ?

Jorge Lorenzo n’a toujours pas signé de contrat pour la saison prochaine. Sa situation n’est pas des plus aisées. Au point que la rumeur d’un départ à la retraite fait son chemin.

Qu’on se mette d’accord : nous ne disposons d’aucune information certifiant que Jorge Lorenzo ne sera plus pilote MotoGP l’an prochain, et l’intime conviction de notre rédacteur est que l’Espagnol disputera bien les Grands Prix en 2019. Mais l’hypothèse selon laquelle il penserait à raccrocher les gants du championnat du monde doit être étudiée.

Car l’évocation d’un départ en retraite de Lorenzo est en effet régulière ces derniers temps. À 31 ans, le quintuple champion du monde connaît le pire début de saison MotoGP de toute sa carrière. Après une première année mitigée chez Ducati, la deuxième ne lui permet pour l’instant pas de concrétiser les espoirs placés en lui. Pendant ce temps, les contrats pour la saison 2019 se négocient et se signent.

Or, la quasi-totalité des motos officielles sont d’ores et déjà prises ou officieusement verrouillées. Chez Yamaha, Maverick Viñales et Valentino Rossi seront toujours coéquipiers. KTM a fait confiance à Johann Zarco et Pol Espargaro. Suzuki a signé Alex Rins et regarde vers des hommes comme Andrea Iannone ou Joan Mir. Quant à Honda, Marc Marquez restera au HRC et a posé son veto à une arrivée de Lorenzo. Reste à savoir si ce-dernier sera gardé chez Ducati, ce qui est loin d’être sûr (lire ici).

Dès lors, quelles options pour le pilote espagnol ? Se retrouver dans un team privé Ducati est exclu. On imagine mal Lorenzo chez Aprilia, ni avec Tech3 – dont l’équipe a vocation à devenir un « junior team » –, ou encore chez LCR Honda dont le pilote de pointe sera Cal Crutchlow. La piste d’une Suzuki privée est de moins en moins probable. Reste l’option Yamaha satellite, bien que l’on ne connaisse pas encore l’identité de l’équipe en question.

Outre le fait que sa rémunération va être très largement revue à la baisse, Jorge Lorenzo acceptera-t-il de piloter une moto dont la compétitivité ne lui permette pas de briguer, sinon une couronne, la victoire à chaque week-end ? De se retrouver, pour la première fois en catégorie MotoGP, sans l’assistance de l’usine du constructeur ? Et ce alors qu’il est sans doute entré, à 31 ans, dans le dernier tiers de sa carrière ? Chaque saison a son feuilleton dans les transferts ; voici, sans doute, celui de l’année 2018.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de