#CatalunyaGP : Bastianini s’impose. Opération en or massif pour Bezzecchi !



Hier, en Catalogne, Enea Bastianini s’était montré tout simplement intouchable lors de la qualification mais on redoutait un peu sa régularité en course au moment de nous lancer dans un pronostic d’autant que Martin, rapide tout le weekend, s’élançait à ses côtés sur la grille de départ.

Et l’espagnol ne se faisait pas prier pour mettre la pression d’entrée sur la Bestia en prenant directement la poudre d’escampette, emmenant Suzuki dans son sillage.

Derrière, Bastianini se fondait dans un groupe composé d’une dizaine de pilotes dont Rodrigo, McPhee, Masia, Toba, Sassaki, Canet….

Derrière encore, Bezzecchi, leader du championnat du monde pour trois petits points avait toutes les peines du monde à maintenir le contact avec le groupe de poursuivants et naviguait entre la septième et la treizième place.

L’avantage du duo de tête montait jusqu’à 2,7 secondes, moment où Bastianini se portait en tête et commençait à sonner la charge.

L’italien frappait fort et en remontant à 1,6 seconde à treize tours de l’arrivée il mettait la pression sur un Jorge Martin qui poussait tant et plus pour distancer au maximum Bezzecchi.

Mais comme souvent cette année, l’histoire se terminait très mal pour le pilote Gresini qui perdait l’avant dans le dernier virage et devait abandonner.

Le coup de théâtre était énorme et ce d’autant plus que derrière, Bezzecchi nous offrait une véritable démonstration en revenant dans le quatuor de tête dans un premier temps et en prenant même la tête des opérations à six boucles de la fin.

Le groupe restait pléthorique mais deux évènements majeurs allaient sensiblement le réduire. Le premier est une erreur monstrueuse de Arenas qui envoyait Canet au tapis, lequel, en chutant, emportait un Bulega qu’on avait plus vu à pareille fête depuis bien longtemps.

Le second, à trois boucles de l’arrivée, on le doit à Jaume Masia qui jouait bowling au bout de la ligne droite. Son freinage de détresse l’envoyait sur McPhee qui résistait au choc mais qui le renvoyait contre Migno qui lui, de son côté, ne pouvait pas résister et allait déguster le gravier catalan.

Faites les comptes…Martin, Canet, Migno, à qui vous ajoutez Di Giannantonio parti très tôt à la faute (mais qui termine septième malgré tout) et Antonelli forfait, cela fait tout simplement les cinq poursuivants qui ne marquent pas de point ou très peu comme Di Giannantonio.

Bezzecchi pouvait donc prendre une nouvelle victoire et accentuer encore un peu plus l’énorme coup de poker de ce dimanche mais cela, c’était sans compter sur Bastianini qui délivrait un dernier tour incroyable. L’italien défendait sa position grâce à une attaque énorme et Bezzecchi, auteur d’un dernier partiel de feu pouvait sortir correctement du dernier virage et subtiliser la seconde place à Gabriel Rodrigo.

Bastianini gagne donc pour la première fois depuis le Japon 2016 et McPhee, quatrième, réussit son premier top5 de la saison.

Suzuki est cinquième devant son compatriote Toba. Di Giannantonio sauve miraculeusement les meubles en septième position, devant Lopez, Foggia et Fernandez. Di Gia subtilise égaement la seconde place du championnat du monde à son équipier.

Livio Loi, qualifié dernier n’a pas chuté et cela lui donne la possibilité de profiter des chutes des autres. Il est quinzième.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook   

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de