Fabio Quartararo : « C'est juste magnifique »



Fabio Quartararo commence à réaliser qu’il a remporté le premier Grand Prix de sa carrière. Le Français espère que le déclic est arrivé, et qu’il va désormais lutter plus souvent pour les premières places.

En un week-end, la carrière de Fabio Quartararo a totalement changé de profil. Après deux années mitigées en Moto3, suivies d’une première saison compliquée en Moto2, le Français a pris une autre dimension en remportant de main de maître le Grand Prix de Catalogne. Parti depuis la pole position, Quartararo a lutté avec Alex Marquez, Marcel Schrotter ou encore Miguel Oliveira. Il avait ce « petit truc en plus » qui font les vainqueurs.

Au moment de franchir le drapeau à damiers, la joie était d’une intensité rare, à la hauteur des attentes qui pesaient sur lui depuis plusieurs années. « Depuis trois ans, je n’avais signé aucun podium, se souvient-il au micro de MotoGP.com. Je n’avais jamais gagné en mondial. En 2015, beaucoup de personnes me comparaient à Marc Márquez. C’était une grosse pression, surtout à cet âge je ne réalisais pas forcément. Je pense que je n’ai pas pu la supporter… Alors ce résultat qui arrive là est juste magnifique. »

Revenant sur les événements de Montmelo, Quartararo les décrit comme « le week-end parfait, le plus beau de ma carrière sans doute. On a énormément travaillé pour en arriver là, rappelle-t-il au passage. C’est une grande satisfaction de décrocher un tel résultat après deux années compliquées. Je ne m’attendais pas à dominer de cette façon. Je savais que Marcel et Álex seraient dans le coup. Pour ce qui est de Miguel, même en partant de loin, il est capable de gagner : il l’a démontré au Mugello ! Ce dimanche, ce fut effectivement mon principal adversaire. Ceci étant, j’ai réussi à le passer et à créer un petit écart ».

Alors qu’il se battait pour le top-10, le Français a tenu la dragée haute aux cadors de la catégorie. « Depuis le Mugello, nous avons trouvé de très bons réglages sur la moto, explique-t-il. Arrivé à Jerez, j’ai également décidé de revoir un peu mon style de pilotage, que ça soit sur les phases de freinage ou en sortie de courbe. Et pour la première fois, j’avais vraiment l’impression de piloter ‘naturellement’ à Barcelone. »

De quoi espérer poursuivre sur la même voie ? Quartararo veut y croire. « Depuis Jerez nous avons une méthode de travail un peu différente… Nous avons mis un peu de temps à la trouver, mais je pense que c’est la bonne. En tout cas elle fonctionne ! Il faut maintenant continuer dans cette direction et il n’y a pas de raison pour que les résultats ne suivent pas. » Premiers éléments de réponse dans moins de deux semaines à Assen, aux Pays-Bas.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook  

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments