Alain Chevallier décortique le match Honda / Yamaha et Lorenzo / Stoner



Casey Stoner et Jorge Lorenzo sont deux pilotes redoutables mais au style bien différent. Là où l’Australien est agressif, Lorenzo se montre plus fluide, plus coulé sur sa machine.   

La saison dernière, c’est le pilote Honda qui s’était montré irrésistible alors que cette année, c’est le fer de lance de Yamaha qui se montre intraitable.

Nous avons donc demandé à Alain Chevallier de nous parler de ces deux pilotes.

 

Stoner ou Lorenzo ? Lorenzo

 

GPi : Vous nous disiez avoir été impressionné par la façon dont Stoner passait dans le virage 6 à Assen. Pourtant, c’est Lorenzo qui en tête du championnat du monde, à qui va votre préférence ?

C’est vrai que j’ai été impressionné parce qu’il freinait beaucoup plus tard que tous les autres et quand je dis plus tard, c’est vraiment beaucoup plus tard ! Il rentrait dans ce virage comme quelqu’un qui n’a pas envie d’en sortir (rires).

Ce mec a un rythme incroyable mais ce n’est pas pour autant qu’il est le plus efficace.

Actuellement, le championnat se joue entre Lorenzo et Stoner, même si Pedrosa est devant son équipier et leur style sont bien différents.

Lorenzo est plus cool que Stoner mais c’est évidemment ce dernier qui est le plus impressionnant à observer.

Pourtant, à choisir, je préfère le pilotage de l’Espagnol car sa fluidité est au final plus efficace, elle lui permet de mieux gérer sa course et de moins altérer ses gommes.

 

Honda ou Yamaha ? Yamaha

 

GPi : Les motos sont aussi bien différentes dans la philosophie. Le point fort de la Honda serait sa puissance alors que celui de la Yamaha serait sa maniabilité. Votre point de vue ?

Il faut impérativement remettre les choses en place car trop souvent, on entend dire que la moto idéale serait la M1 avec le moteur de la RCV, mais c’est faux.

La Honda a toujours été compliquée à mettre au point parce que le moteur est plus puissant. Depuis des décennies, Yamaha réalise des moteurs un petit peu moins puissants mais loger le moteur Hionda dans le châssis Yamaha ne vous donnerait pas la meilleure machine du plateau, l’arme absolue car ce n’est pas comme ça que ça fonctionne ! La Yamaha est un ensemble où le châssis et le moteur sont faits pour aller l’un avec l’autre.

La Yamaha est moins puissante et mais elle dispose d’un moteur qui permet à la partie cycle d’être plus régulièrement au top par rapport à la Honda.

La différence entre les deux motos se situe surtout à ce niveau et même si la Honda semble un peu plus habile du point de vue de la tenue de route, c’est son moteur qui lui crée le plus de difficultés.

 

Le chattering

 

Du côté de Stoner et de Honda, ont souffre énormément de chattering. Quel est votre avis sur cette question ?

C’est une question épineuse. On se trouve face à un problème de résonnance et les éléments qui entrent en ligne de compte sont ni plus ni moins que le châssis, le moteur et les pneus.

Certains de ces éléments se mettent en résonnance et on obtient alors un saut, sur une fréquence qui est souvent relativement faible. C’est extrêmement dérangeant car, ici, on ne parle pas de simples vibrations, mais bien de vrais sauts.

Vous pouvez les supprimer en changeant un des paramètres des trois éléments que sont les pneus, le châssis et le moteur ou en combinant plusieurs modifications sur plusieurs éléments. C’est un casse-tête et ce n’est pas toujours facile d’en isoler la cause.

Je me souviens qu’une fois, en Italie, avec Didier de Radiguès, nous avions des problèmes de saut assez conséquents, ce qui, bien entendu, nous pénalisait fortement au niveau du chrono.

A l’époque nous étions en train de tester un nouvel amortisseur de transmission.

Après avoir envisagé toutes les possibilités et avoir passé des heures à chercher des solutions, nous avons fini par trouver le remède, simplement en remplaçant les rondelles en caoutchouc, destinées à le bloquer, par des rondelles en acier. La solution tenait donc à un détail et nous aurions eu beau effectuer des milliers de changements, c’est dans ce petit détail qui se trouvait la clé de nos problèmes.

Une autre fois, nous testions de nouveaux carburateurs et la moto sautait sans arrêt. Pendant la séance on a remplacé les nouveaux carburateurs par les anciens et le problème a, de nouveau, entièrement disparu.

Lorsqu’une moto est très pauvre, que vous êtes sur le filet de gaz, le moteur hoquète et ça peut créer le saut.

Il faut pouvoir mettre le doigt sur le paramètre qui crée la résonnance et malheureusement, il n’existe pas une méthode précise pour y arriver.

GPi : Justement chez Honda, on travaille beaucoup sur ce phénomène mais Casey Stoner ne s’est pas encore félicité des solutions apportées.

Non, mais en même temps, dans la presse, vous ne verrez jamais quelqu’un dire ce qu’il a réellement trouvé comme solution à son problème.

Il n’y a aucune raison pour que Nakamoto ou Stoner se disent satisfaits et encore moins qu’ils nous disent comment, le cas échéant, ils seraient venus à bout de leur chattering.

En effet, quel serait l’intérêt d’aller mettre les concurrents sur une piste concernant un problème qui peut très bien se produire sur leurs machines.

Alain Chevallier semble donc faire de Jorge Lorenzo le grandissime favori à la succession de l’Australien.

Mais après avoir perdu malencontreusement de gros points à Assen, Lorenzo ne compte pourtant que 19 points d’avance sur Pedrosa et 37 sur Stoner et le championnat, qu’on avait pourtant déjà promis à l’australien, semble plus que jamais ouvert.

La prochaine explication en piste se déroulera ce dimanche, sur le fascinant circuit de Laguna Seca.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur facebook

Photo : Lionel Nolette 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de