Jorge Lorenzo ne veut pas penser au championnat



Vainqueur des deux derniers Grands Prix, Jorge Lorenzo est-il (re)devenu un prétendant à la couronne MotoGP ? Le pilote Ducati veut rester lucide.

En deux semaines, la saison de Jorge Lorenzo a littéralement changé de dimension. Alors qu’il semblait perdu au guidon d’une Ducati qu’il, s’il parvenait à être rapide avec, n’arrivait pas à mener au bout d’une course sans baisser de rythme, l’Espagnol s’est mis à gagner. Non seulement à gagner, mais en plus avec la manière. À la Lorenzo.

Parti en tête lors du Grand Prix d’Italie, le pilote de Palma de Majorque n’a plus été inquiété. Même scénario en Catalogne deux semaines plus tard, où même le champion sortant Marc Marquez s’est montré impuissant. De décevant, son passage chez Ducati est en train de s’avérer concluant.

Il n’en fallait pas moins pour relancer la question : Lorenzo peut-il encore être sacré champion du monde ? Il est remonté au septième rang du classement, à 49 points de Marquez. Il en reste encore 300 à distribuer. « J’ai l’habitude de raisonner avec des chiffres, et ils nous donnent raison, se persuade Cristian Gabarrini chez Ducati. Le championnat est toujours ouvert. Nous avons des adversaires très forts, mais nous sommes redevenus compétitifs. C’est une motivation supplémentaire pour essayer de lutter jusqu’à la fin et donner le maximum. C’est ce que nous allons faire. »

Mais le pilote Ducati est plus nuancé. « Pour le moment il n’est pas question de penser au titre, répond-il avant le Grand Prix des Pays-Bas. Ce qu’il faut est travailler comme nous l’avons fait et garder un capital de confiance élevé. […] Les deux victoires consécutives du Mugello et de Montmelo ont été très importantes, mais le championnat ne s’arrête pas là. Maintenant nous devons montrer que nous pouvons être rapides sur tous les types de circuits, donc à Assen. »

Ce week-end va être un test capital pour l’Espagnol, car il gagne très peu au TT Circuit Assen (son dernier succès remonte à 2010) et que Ducati ne s’y est plus imposé depuis 2008 (Casey Stoner). Autrement dit, une nouvelle performance en Hollande serait un très bon signe pour la suite. « Assen est une piste historique et c’est toujours spécial d’y rouler, prévient-il cependant, comme la plupart de ses adversaires. Nous allons bien sûr devoir prendre en compte les conditions climatiques parce qu’elles peuvent jouer un rôle crucial, comme cela arrive souvent. »

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook  

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de