Jonathan Rea aimerait plus de pilotes MotoGP en SBK

Faire venir des pilotes MotoGP pour changer l’intérêt et le prestige du World Superbike : tel est le souhait de Jonathan Rea, actuel leader du championnat du monde.

Créé en 1988, le championnat du monde Superbike a vu passer de célèbres et prestigieux champions dans ses rangs. Citons, par plaisir (ou nostalgie ?), quelques exemples : Carl Fogarty, Troy Corser, Colin Edwards, Troy Bayliss, Max Biaggi… sans oublier, bien sûr, nos deux français titrés : Raymond Roche (1990) et Sylvain Guintoli (2014) !

Arrivé fin 2008, Jonathan Rea est l’homme fort de ces derniers années. Grand vainqueur des saisons 2015, 2016 et 2017, il brigue cette année une quatrième couronne et est bien parti pour l’obtenir (lire ici). Il rejoindrait Carl Fogarty et ses quatre titres, mais deviendrait le premier à en obtenir autant de manière consécutive.

Le Britannique a déjà participé à des Grands Prix quand il était chez Honda. Et il a par ailleurs reçu des offres pour venir en MotoGP (lire ici), dont certaines qui ont été refusées parce qu’il voulait disposer d’un matériel assez compétitif pour rouler devant.

Tel est d’ailleurs, selon lui, l’un des avantages du Superbike : « C’est un bon championnat. Parfois les meilleurs pilotes ne sont pas forcément sur les meilleures machines, et je pense que le WSBK est un super endroit où rouler. Mais ce serait vraiment bien si des stars du MotoGP venaient », concède-t-il au micro d’Autosport.

« Pas des personnes qui terminent leurs carrières ou qui n’ont plus rien à perdre, précise-t-il par ailleurs, car il y a bien d’anciens pilotes MotoGP en mondial Superbike. Nous avons besoin qu’une star des Grands Prix vienne, et je pense que cela changera la perception du public, qui se dira : « Wow, Laverty, Davies, Sykes… sont des gars rapides ! ». Ce serait incroyable. Pour être honnête cela donnerait plus de prestige au championnat. »

Mais le Britannique a déjà acté que cela ne serait pas le cas, et que les Grands Prix seront de toute façon toujours plus scrutés. « Il y a des centaines de choses que vous pouvez faire, mais bien sûr nous jouerons toujours le rôle de second par rapport au MotoGP en termes de prestige et d’intérêt du public. Le MotoGP est la Formule 1 du 2-roues, c’est comme ça. »

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de