Ciabatti – Lorenzo : La pomme de la discorde !

Même s’il est en partance pour le Team Honda HRC en 2019, Jorge Lorenzo peut désormais se targuer d’avoir fait gagner la Ducati.

Deux belles victoires au Mugello et à Montmelo tandis qu’en entame de saison, son coéquipier, Andrea Doviziosi, avait ouvert la voie, en remportant le Grand Prix du Qatar.

D’aucuns diront que le Majorquin n’a pas été soutenu ni écouté par Ducati.

Avant sa première victoire au Mugello, des réflexions désobligeantes sur ses contreperformances ont fusé de toutes parts remettant même en cause sa propre motivation. « Il est dommage que Jorge Lorenzo n’ait pas un bon feeling  avec la desmosedici » avait ainsi déclaré le directeur général de Ducati, Claudio Domenicali, une semaine avant le Grand Prix du Mugello 2018, suggérant que l’attention se concentrait principalement sur Andrea Dovizioso.

Le doute installé, la confiance n’y étant plus, et la rancœur étant tenace, Jorge Lorenzo a ainsi commencer à lorgner ailleurs….Chez Honda en particulier qui ne souhaitait pas renouveler le contrat de Dani Pedrosa, une manne pour le Majorquin.

 Paolo Ciabatti, après la victoire de Lorenzo au Mugello, s’est tourné vers son manager Albert Valera et lui a murmuré à l’oreille : « Nous avons attendu comme convenu. Maintenant nous pouvons parler » … Mais Valera aurait répondu : « Il est trop tard maintenant ».

Dans une interview accordée à Speedweek.com, Paolo Ciabatti dévoile quelques éléments de l’accord raté avec Lorenzo, après la course du Mugello :

 « Oui, après la course du Mugello, nous avons appris que Jorge avait décidé d’aller ailleurs. Nous avons toujours dit que Jorge est un excellent investissement pour Ducati … Mais jusqu’à la première victoire au Mugello, ces efforts n’ont jamais porté leurs fruits, oui, il y avait des courses dans lesquelles il a conduit ou où il était seul dans le groupe de tête. Mais alors il était fatigué et a perdu du terrain dans la deuxième partie de la course ».

Retraçant l’historique des prestations réalisées par Lorenzo, Paolo Ciabatti a poursuivi :

« Les essais de Sepang ont été très mauvais bien en deçà de ce que nous attendions. La tendance positive de 2017 semble avoir disparu après le test de Sepang … Après les trois courses d’été au printemps, nous avons convenu avec Jorge d’attendre les trois premières courses en Europe, Jerez, Le Mans et Mugello. Nous voulions voir comment les choses avanceraient. Nous avons pensé que s’il est difficile pour lui de s’adapter à la moto et si nous ne pouvions pas vraiment développer le Desmosedici pour satisfaire son style de conduite, alors il valait mieux que tout le monde envisage une autre voie. Sa course en Italie couronnée par une victoire, a été une belle course, mais nous avons réalisé qu’elle arrivait cependant trop tard ».

 

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

 

 

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de