Rabat : « Quand j'ai vu la moto de Franco arriver vers moi… »



Esteve Rabat a donné une conférence de presse depuis un hôpital, à Barcelone. L’Espagnol a raconté son accident et ne sait toujours pas s’il pourra rouler à nouveau cette saison.

Ce qu’il s’est passé lors des essais du Grand Prix de Grande-Bretagne aurait pu être une tragédie. Avec la pluie, et la mauvaise évacuation de l’eau sur l’asphalte de Silverstone, d’importantes flaques se sont formées. À tel point que les pilotes se sont retrouvés à faire de l’aquaplanning.

Dans un même virage, Alex Rins s’est d’abord jeté de sa moto pour éviter le pire. Puis, Esteve Rabat a chuté quelques secondes plus tard. Le pilote Ducati était encore au sol que Franco Morbidelli tombait à son tour. Sa Honda est alors arrivée plein fer sur Rabat, qui a à peine eu le temps de se lever avant d’être fauché. Bilan : pneumothorax, fracture du tibia, du péroné et du fémur droit.

Depuis, l’Espagnol a été évacué et opéré en Angleterre, avant d’être ramené en Espagne. Ce lundi, il donnait une conférence de presse aux côtés des docteurs Ángel Charte, Xavier Mir et Ignacio Ginebreda, qui suivent son évolution depuis l’accident. Sa rééducation est en cours mais l’équipe médicale ne veut pas se prononcer sur une date de retour.

« Nous devons lui donner du temps, a expliqué le docteur Ignacio Ginebreda. Tito va récupérer aussi vite qu’il le peut, mais je ne veux pas donner une date de retour. Ces fractures prennent du temps à se consolider. » Les docteurs promettent de faire leur maximum pour que ce soit aussi rapdie que possible, mais préviennent : « On peut être de retour sur la moto avant que les fractures soient totalement consolidées, mais il faut minimiser les risques à prendre. »

Esteve Rabat a ensuite livré son témoignage. Nous vous le reportons ci-dessous, point par point :

« À Silverstone nous avons vu à quel point il était important d’avoir une équipe médicale en MotoGP et je veux remercier toutes les personnes pour leur travail. Je souhaite également remercier ceux qui m’ont opéré en Angleterre.

Je veux revenir aussi vite que possible, mais je ferai ce que les docteurs me diront de faire. La priorité est de récupérer rapidement, mais à la fin, ce sont eux qui décident en fonction de l’évolution de la jambe.

Le pire de l’accident était la douleur, qui m’a empêché de dormir. Je n’ai jamais pensé que j’allais perdre ma jambe, même si j’ai vu qu’elle s’était retrouvée en S quand j’étais dans les graviers. J’ai perdu beaucoup de sang et j’ai eu peur. J’ai appris de cet incident, et maintenant, chaque fois que je chuterai je regarderai derrière. Au moment où j’ai vu que Rins me faisait signe de ne pas venir par là, et que j’ai vu la moto de Franco arrivent très vite dans ma direction, je me suis levé et la moto a emporté ma jambe. Sans quoi cela aurait pu être pire. »

En attendant, l’équipe Reale Avintia Racing doit lui trouver un remplaçant pour les prochains Grands Prix. Approché, Hector Barbera a refusé de venir rouler à Misano ce week-end (lire ici). Affaire à suivre.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de

Facebook

Nouvelles Applications

Disponible sur Google Play
Disponible sur Apple App Store