Stoner s’impose, Rossi et Ducati volent au tapis



Casey Stoner n’avait pas commencé son week-end Américain de la meilleure façon qu’il soit puisque le vendredi, il avait plutôt assisté, en spectateur, au duel Lorenzo – Pedrosa.

Mais, hier, en qualifications, l’Australien s’est révélé comme étant un redoutable candidat à la victoire finale.

Enfin, aujourd’hui, après avoir déjà remporté le warm-up pour un petit millième, il a entièrement retourné la situation pour s’adjuger un Grand Prix qu’il aura maîtrisé à la perfection.

Parti avec le pneu tendre à l’arrière, on pensait qu’il connaîtrait des problèmes en fin de course mais il n’en a rien été. Il a su gérer son capital pneumatique et préserver ses gommes pour pouvoir doubler Lorenzo, second du jour et se ménager une confortable petite avance dans les derniers tours.

Il engrange donc sa troisième victoire de la saison et réduit son écart au classement général du championnat du monde, à 32 points.

Dani pedrosa, en revanche, comme la saison dernière, n’a pas pu suivre le rythme des leaders sur cet exigeant tracé US, il termine troisième.

Spies non plus n’a une nouvelle fois pas pu suivre le rythme des leaders. L’Américain a été victime d’une nouvelle chute et n’a pas pu rallier l’arrivée alors qu’il était conformtablement instéllé en quatrième position. 

Il faut ensuite plonger 18 secondes plus loin pour trouver trace du quatrième, Andrea Dovizioso et du cinquième, Cal Crutchlow. Suivent Bradl, Hayden et Bautista.

Randy de Puniet n’a pas eu de chance puisque Michele Pirro l’emmenait, dès le premier virage, en dehors de la piste. Heureusement, le français a pu repartir pour terminer la course en onzième position. Il méritait vraiment beaucoup mieux.

Enfin, comment conclure sans évoquer le cas de Valentino Rossi et de Ducati.   

On se rappelle qu’en 2008, à Laguna Seca, Casey Stoner, alors champion du monde en titre, comme cette saison d’ailleurs, avait subi, dans le Corkscrew, la loi de son grand rival de l’époque, Valentino Rossi.

Cette épreuve avait marqué le début d’une période sombre de la carrière de l’Australien et le début d’une lente descente aux enfers de Ducati.

Maintenant, c’est Valentino Rossi qui est passé sur la selle de la Desmosedici et aujourd’hui, c’est tout l’inverse qui s’est produit. La chute de l’Italien dans le Corkscrew, le virage où un jour il avait terrassé l’indomptable bête de Borgo Panigale, avait des airs de fin d’une époque.

Valentino Rossi ne restera pas chez Ducati parce qu’il ne peut plus se permettre d’attendre un futur qu’on lui promet peut-être meilleur.

Et dans cette histoire, au final, c’est Borgo Panigale qui aura eu faux sur toute la ligne. La première erreur aura certainement été de dénigrer Stoner pour transférer Rossi et la seconde d’avoir laissé l’orgueil de certains empêcher que tout Borgo Panigale tire dans le même sens !

Vous avez du travail messieurs les Allemands et ce n’est pas qu’avec une valisette remplie de dollars que vous pourrez changer quelque chose, car si aujourd’hui, Rossi a chuté, la GP12 restante, celle de Nicky Hayden, a tout de même passé la ligne d’arrivée avec 27 secondes de retard sur Stoner, juste trois de moins que la saison dernière mais surtout 12 de plus qu’en 2010 !

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments