Marquez : « Tant qu'on peut mathématiquement me dépasser, ce n'est pas fini »



Marc Marquez a beau être en route pour un nouveau titre de champion du monde, il ne veut pas crier victoire trop tôt et assure que « ce n’est pas fini ».

La victoire de Marc Marquez lors du Grand Prix d’Aragon a fait du bien au clan Repsol Honda. L’équipe, qui n’avait plus triomphé depuis le mois de juillet au Sachsenring, a repris sa marche en avant. Et Marc Marquez a fait une bonne opération au classement du championnat : son avance sur Andrea Dovizioso, deuxième, est désormais de 72 points. 

Un tel avantage, alors que 125 unités restent à prendre, semble quasi-définitif dans la lutte pour la couronne mondiale. Andrea Dovizioso n’en pense pas moins : « En étant réaliste, 72 points à rattraper, ce ne sera pas possible. Il faudrait que quelque chose arrive et que Marc ne puisse pas piloter. Et même dans ce cas-là, il serait difficile de marquer assez de points. »

Mais en face, l’Espagnol ne veut pas se déconcentrer. « Non, ce n’est pas encore terminé, répond Marc Marquez au micro de Speedweek. Tant que l’on peut me dépasser mathématiquement, ce n’est pas fini. Je dois rester concentré et continuer à travailler. Tout peut arriver en moto. Le temps, les blessures, tout compte. »

« La prochaine course sera en Thaïlande, et c’est aussi la prochaine chance de gagner, poursuit-il, avant d’expliquer sa démarche. Je me rends sur un Grand Prix en voulant le gagner. Le dimanche, pendant la course, je vois le risque vaut le coup et et si la victoire est possible, ou si je dois me contenter d’un podium. »

Il restera 100 points à distribuer après le Grand Prix de Thaïlande. Même s’il gagne et qu’Andrea Dovizioso chute, Marc Marquez devra au moins attendre Motegi (Japon) pour être sacré champion du monde.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de