Quartararo après sa disqualification : « Ce qui ne tue pas rend plus fort »

Vainqueur disqualifié du Grand Prix du Japon à cause d’une pression trop basse dans le pneu arrière, Fabio Quartararo réagit et reste motivé.

Les faits : à l’arrivée, le rapport des commissaires de la FIM a montré que la moto de Fabio avait échpué au contrôle technique, car la pression des pneus était sous son niveau minimum. De seulement 0,02 bar. « C’est une question de faits : quel que soit, le poids, l’essence, ou la pression des pneus, si c’est sous le minimum, cela échoue au contrôle et il n’y a pas d’autre choix que la disqualification », explique Mike Webb.

 

La pression des pneus est effectuée toute la course via un capteur dans la jante. Pour les organisateurs, c’est une question de sécurité parce que « le manufacturier pneumatique a indiqué que si le pneu roulait avec une pression trop basse, cela pouvait poser un problème de sécurité »Dans tous les cas, la faute n’est pas à mettre sur Fabio Quartataro mais sur son équipe, Speed Up.

Conséquences : Disqualifié, Fabio Quartararo perd sa victoire et même tout le bénéfice de sa course. Il ne prend aucun point et reste neuvième au championnat, au lieu de passer sixième. Le succès est attribué à Francesco Bagnaia.

La réaction de Fabio : le Français estime qu’être à 1,39 au lieu de 1,4 n’a rien changer. Il s’est dit très heureux de son week-end et considère qu’il a gagné la course, promettant d’essayer de rééditer en Australie. « Ce qui ne tue pas rend plus fort. P1. »

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de

Facebook

Nouvelles Applications

Disponible sur Google Play
Disponible sur Apple App Store