Viñales, 525 jours plus tard

La délivrance de Maverick Viñales est aussi celle de Yamaha. Mais la victoire en Australie doit maintenant être confirmée.

490 jours pour Yamaha, 525 pour Maverick Viñales : que l’attente fut longue ! L’Espagnol ne s’était plus imposé depuis le Grand Prix de France 2017. Dans sa carrière, il fallait remonter à son transfert de la Moto2 au MotoGP pour observer une pareille série (679 jours sans gagner entre Sepang 2014 et Silverstone 2016).

À Phillip Island, Viñales a été impérial. Très mal parti (neuvième au premier tour), le pilote Yamaha a lâché les chevaux et est rapidement remonté dans le groupe de tête. Ses adversaires déposés, il s’en est allé chercher un succès mérité. Une libération dont il avait besoin.

Qui ne résout cependant pas tous les problèmes de Yamaha, et qui ne doit pas faire oublier les galères vécues ces derniers mois – ni les progrès restant à accomplir sur la M1. « C’est un boost pour la confiance, mais je ne pense pas que cela change grand chose », commente Valentino Rossi. Son coéquipier lui-même reconnaît qu’il reste encore du travail à fournir.

D’autant plus que même si la victoire de Viñales est belle, elle a été obtenue en l’absence de deux des trois hommes les plus rapides de la planète : Jorge Lorenzo (forfait) et Marc Marquez (abandon). D’où, pour Yamaha, l’importance de confirmer. Le faire dès ce week-end en Malaisie sera difficile, car c’est un circuit à moteur où la M1 n’a plus gagné depuis 2010. Mais ce serait idéal.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de