Malaisie, Marquez (1er) : « J'étais à la limite »

Marc Marquez a remporté le 70e Grand Prix de sa carrière en Malaisie. L’Espagnol s’apprêtait à livrer bataille avec Valentino Rossi avant sa chute.

Il n’avait plus gagné à Sepang depuis 2014 : Marc Marquez a renoué avec la victoire en terres malaisiennes. Parti septième, il s’est rapidement hissé au 2e rang puis a pourchassé Valentino Rossi. L’écart a d’abord passé la seconde, avant de revenir à 6 dixièmes. La chute de Rossi a mis fin au suspense.

« C’était une course très difficile parce que nous sommes partis de la 7e place, raconte Marquez. C’était une motivation supplémentaire, car je n’avais jamais gagné en partant depuis la 3e ligne. Je suis fier, car nous gagnons sur un circuit où nous avons toujours eu du mal. »

Le pilote Honda est évidemment revenu sur ce que tout le monde voulait savoir : sa lutte à distance avec Rossi. « Il me semblait que Valentino n’était pas loin, mais j’avais des problèmes. J’ai perdu l’avant dans le dernier virage, puis je me suis dit : reste calme, roule intelligemment et gère les pneus. Je l’ai fait et, tour après tour, j’avais de meilleures sensations.

Quand j’ai vu que je revenais sur Valentino, ça m’a donné un regain de motivation. Je ne me souciais de rien, je roulais à l’instinct. J’étais à la limite, mais lui aussi. Je suis revenu à 6 dixièmes et il a chuté. Là, je me suis contenté de profiter des derniers tours et de finir la course. »

Que serait-il arrivé sans l’accident de Rossi ? Nul ne le saura jamais. « Je ne sais pas comment se seraient comportés les pneus dans le dernier tour, car nous avons beaucoup demandé au pneu arrière, confie Marquez. Je sais que nous aurions eu du mal à gagner la course, mais où est la limite ? On ne sait pas, alors on pousse. Et on ne connaît pas non plus la limite de l’autre pilote. »

YAMAHA AU RENDEZ-VOUS

Reste qu’une semaine après la victoire de Maverick Viñales en Australie, Rossi avait le potentiel de gagner en Malaisie. Et Marquez le souligne : « Yamaha était extrêmement rapide ce week-end. Quand j’étais derrière Johann, et surtout derrière Valentino, j’ai constaté qu’ils étaient très bons à l’accélération et qu’ils avaient une bonne adhérence.

Habituellement je dois me battre contre Ducati, mais cette fois la Yamaha était meilleure. Nous devons donc continuer car l’année prochaine, il sera important de progresser. Bien sûr, nous avons remporté le championnat des pilotes et, aujourd’hui, celui des constructeurs. Mais cela ne suffit pas : nous devons nous améliorer, car les autres s’améliorent également. »

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de