Del Torchio sur l'arrivée d'Audi : « L'Italie ce n'est pas non plus que la mandoline et la pizza »



Avec l’arrivée des Allemands d’Audi chez Ducati, la première réaction était de se dire qu’ils allaient venir remettre un peu d’ordre dans ce qu’on imagine être un foutoir intégral, le Reparto Corse de Borgo Panigale !

Il faut dire que la réputation des italiens en la matière a la vie dure ! Et cette réputation, elle a en tout cas le don d’irriter Gabriele Del Torchio, le CEO de Ducati qui, dans une interview accordée à Cycle News, aura eu une réponse que d’ores et déjà, nous classons dans les phrases cultes.    

On lui demandait si les Allemands allaient apporter de la rigueur là où l’expérience montre que l’organisation n’est pas toujours le fort des italiens.

« Oui mais ça, ce n’est pas l’expérience de Ducati. Je crois que nous sommes organisés et méthodiques dans notre façon de procéder.

L’Italie, ce n’est pas que la mandoline et les pizzas. L’Italie, c’est aussi de bonnes motos, de bons ingénieurs et des procédés très très forts et très très robustes. Je n’ai aucun doute la dessus.

Très certainement, la collaboration avec les Allemands va nous nous apporter quelque chose en plus et notamment la, possibilité d’utiliser des laboratoires que nous n’avons pas mais aussi de bénéficier d’’une expérience que nous n’avons pas puisqu’elle vient d’un autre domaine. Le quatre roues est bien différent du deux roues.

Nos ingénieurs ont commencé une coopération avec leurs ingénieurs, mais de toute façon, la décision finale reste en Italie, elle reste dans le Reparto Corse de Ducati, mais en même temps, nos ingénieurs seront vraiment aidés par l’expérience des allemands ».

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Source Cycle News

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de