Pedrosa était seul au monde ou presque…



Dani Pedrosa avait déjà obtenu la pole position de façon magistrale puisqu’à cette occasion,  il avait également battu le record du circuit.

Malgré tout, lors de ces qualifications, Jorge Lorenzo était bien revenu dans le coup et on le sentait capable du meilleur sur un tracé qu’il n’affectionne pourtant pas.

Mais Dani Pedrosa ne lui en a jamais donné l’occasion ! Le petit espagnol a géré sa course de main de maître et s’impose avec un boulevard d’avance sur son compatriote.

Il faut dire que le seul qui semblait en mesure de le suivre était Ben Spies mais, malheureusement, le sort s’est de nouveau acharné sur lui et après son bras oscillant à Laguna, c’est son moteur qui l’a lâché à Indy.

Derrière Jorge Lorenzo, on retrouve Andrea Dovizioso qui a finalement réussi à venir à bout d’un Casey Stoner héroïque qui avait décidé de rouler nonobstant une fracture de la cheville doublée d’une déchirure des ligaments.

Stefan Bradl et Alavaro Bautista clôturent la course en cinquième et sixième position.

Cal Crutchlow aura beau réclamer le paiement de sa facture de GSM à Ducati (véridique), ne plus parler à son équipier, cracher sur le MotoGP et sur la Dorna, il reste qu’en attendant, cette saison, à la régulière, il n’a pu venir qu’une seule fois à bout de son équipier.

Ca a encore été le cas aujourd’hui puisque le Britannique est tombé et n’a pas terminé la course. Pour séduire Ducati, il ne suffit pas de déclarer, comme jeudi (lire ici) que : « Ils veulent Andrea (Dovizioso) pour développer la moto, comme ils l’ont fait avec Valentino mais en vain. Peut-être ont-ils seulement besoin de quelqu’un qui sait la piloter », il faut aussi le prouver là où ça compte vraiment. Sur la piste.

Quant à Ducati, Nicky Hayden étant forfait, tous les espoirs de Borgo Panigale reposaient sur les épaules du seul Valentino Rossi.

Vu les résultats d’hier, lors des qualifications, on  se doutait que Borgo Panigale n’avait pas dû fixer la barre trop haute et avec raison puisqu’il termine septième, à 57 secondes de Pedrosa et seulement 13 secondes devant Hernandez, le premier pilote CRT.

En CRT justement, le chat noir ne quitte pas un Randy de Puniet qui, très tôt dans la course, a dû se retirer en raison d’un souci technique sur son ART.

Notons encore le petit carton rouge à adresser à Steve Rapp, la wild card d’Attack performance, qui a refusé obstinément de laisser passer Jorge Lorenzo pendant presqu’un tour et en allant même jusqu’à le mettre en danger. Pas très fair-play !

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de