Sachsenring, MotoGP, réactions : L’énigme Rossi



En regardant les qualifications, alors qu’il restait une dizaine de minutes, on se disait que ce n’était tout de même pas possible que Rossi disparaisse de la colonne de gauche reprenant les quinze pilotes les plus rapides. Et pourtant Rossi termine bel et bien à la seizième place en ne laissant que Sylvain Guintoli derrière lui!

Son équipier, qui continue à rouler sur la GP11 et pas la GP 11.1 de Rossi, pointe à la huitième place avec plus de 9 dixièmes d’avance sur l’Italien.

Mais que dire de plus si ce n’est que Valentino Rossi est là où son impatience l’a mené en voulant introduire, certainement trop vite, la GP11.1 ou peut-être que Stoner, sur la Ducati, était un extraterrestre ou enfin que le Docteur doit encore apprendre une moto avec laquelle, à l’image d’un Melandri, ça passe ou ça casse.

Valentino Rossi : « Aujourd’hui nous avons eu de gros problèmes, nous n’avons pas réussi à trouver un compromis entre la meilleure traction et l’accélération que nous avons obtenu avec cette moto et la confiance en l’avant, qui me manque encore. Je ne peux pas à pousser et à faire travailler convenablement l’avant avec ce châssis comme je peux le faire avec le moteur de la GP12. C’est pourquoi nous avons été si lent et que nous sommes si loin derrière. Bien sûr, nous sommes désolés, nous ne pouvons pas vraiment dire que nous n’avons pas essayé parce que nous avons eu quatre séances avec des conditions météorologiques stables et nous avons mené de nombreux tests. Pour les prochaines courses, nous devrons réfléchir à la façon de reprendre la tendance positive que nous avions maintenue jusqu’à Barcelone. »

Que peut-il espérer demain en partant de si loin ? Réponse demain car Rossi reste Rossi…Stay tuned !

 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de