Race : Lorenzo gagne, Pedrosa se fait éliminer, Rossi déchaîne la foule



Il n’en était pas à son premier coup d’essai mais cette fois, c’est la bonne, Hector Barbera vient, très certainement, d’influer sur la suite du championnat en sortant Pedrosa de la piste.

Vous vous demanderez sans doute ce que faisais Pedrosa aux côtés de Barbera alors qu’il s’élançait de la pole ?

Ce n’est ni parce que le pilote Pramac aurait pris un départ tonitruant, ni parce que Pedrosa aurait manqué complètement le sien, on vous rassure.

Le début de course a été marqué par une série de cafouillages incroyables, dont un faux départ mais aussi et surtout, un problème technique sur la RC213V du pilote Repsol.

L’intervention nécessitant d’être faite depuis la pitlane, l’Espagnol était contraint de s’élancer dernier et donc de s’exposer, après un magnifique départ, à la roue avant de Barbera.

La suite on la connaît, il s’est fait éjecter par le pilote Ducati qui, au passage, gênait également de Puniet et Ben Spies.

Voilà donc comment Pedrosa pourrait avoir perdu le championnat même si on pourra toujours rétorquer que Lorenzo avait, lui aussi perdu, de cette manière, 25 points à Assen.

Pour résumer et pour ne pas non plus trop charger Barbera, on peut dire qu’il a été le dernier maillon d’une chaîne de malchance pour Repsol Honda, ce dimanche, à Misano.

La voie était donc royale pour Lorenzo qui n’a pas tremblé! Il empoche une nouvelle victoire qui, à n’en pas douter, devrait valoir son pesant d’or dans la course au titre.

Valentino Rossi voulait ramener un résultat pour son dernier tour de piste sur la Ducati, en Italie, ainsi que pour honorer Super Sic et sa famille. Il rêvait du podium mais peu de gens le voyaient concrétiser son rêve.

Pourtant, au prix d’une course qu’il n’avait jamais effectuée auparavant sur la D16, le gamin du coin a résisté au retour de Bradl dans un premier temps et puis de Bautista dans un second, pour monter sur la deuxième marche du podium.

C’est une foule en délire qui se dirigeait alors au pied du podium, scandant à tue-tête « Vale Vale Vale ».

Cette seconde place, qui sonne comme une victoire aux oreilles du clan Ducati, offre certainement une bulle d’air au MotoGP mais prend aussi et surtout les allures d’un énorme espoir.

Dovizioso a raté le podium mais cette seconde place de Rossi doit le réjouir car, ici, à Misano, Ducati était venu avec un nouveau châssis et la GP12 a été dans le coup depuis le début du week-end (du moins quand la pluie a laissé rouler les pilotes).

Ce regain de compétitivité sera à confirmer à Aragon, un circuit qui n’a jamais vraiment réussi à Valentino Rossi.

Soulignons encore l’étreinte entre Rossi et Preziosi au parc fermé ! Les deux hommes étaient en guerre et ne se parlaient plus. Le geste était fort et beau.

Autre image forte d’un week-end chargé en émotion, la troisième place d’Alvaro Bautista. L’Espagnol, qui a martelé le chrono tour après tour, rend, à sa manière, un bel hommage à Marco Simoncelli et à toute la structure Gresini qui rêvait de cet exploit. Par la même occasion, il vient certainement de signer son assurance contrat pour 2013.

Dovizioso (4ème) a été battu pour trois millièmes mais comme dit plus haut, se consolera par la compétitivité retrouvée de sa future machine.  

Ben Spies a été gêné dès le départ par l’accrochage entre Barbera et Pedrosa mais par la suite, l’Américain a aligné les chronos pour revenir dans le sillage de Bautista et de Dovizioso. Il termine cinquième et signe ainsi sa plus belle course de l’année.

Stefan Bradl était accroché à la roue arrière de Valentino Rossi mais a fini par rendre la main, il termine sixième de sa centième course en championnat du monde.

Nicky Hayden a été très courageux aujourd’hui. Cependant, il était encore trop handicapé pour dire de réaliser une bonne course, il est septième, à plus de 40 secondes. Il devance Jonathan Rea qui, pour une première, ne s’en est pas trop mal sorti.

Enfin, Randy de Puniet a réussi sa mission puisqu’avec l’abandon d’Espargaro, il reprend la tête du classement des CRT. Le Français, gêné par l’accrochage du début de course, a réussi à revenir sur Espargaro et lui mettre la pression. Ca a fini par payer !

Signalons aussi les chutes sans gravité de Cal Crutchlow et Karel Abraham.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook   

Photos : Lionel Nolette         

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de