Valentino Rossi reviendra-t-il en arrière ? GP11 ou GP11.1 à Laguna Seca ?



En 2008, à Laguna Seca, Valentino Rossi n’avait pas seulement gagné un Grand Prix, il avait surtout gagné la bataille psychologique face à Stoner et sa Ducati surpuissante qui dominaient le circuit depuis 2007.

En 2011, la lutte n’opposera pas Rossi à Stoner ou à Lorenzo ou à qui que ce soit d’ailleurs parce que la bataille, ce sera avant-tout contre lui-même, contre ses choix, contre les annonces de divorce entre lui et Borgo Panigale et contre les anti-Rossi pour qui la situation est idyllique, qu’il va devoir la livrer.

Ses choix ont été de faire le jeu des médias et de ses opposants en décidant d’introduire le châssis de la GP12 avant l’heure, dans la précipitation et sans avoir pu tester son rendement avec un moteur 800CC. Après avoir vécu trois Grands Prix, qu’on peut qualifier de moyens à mauvais, sur la GP11.1, Rossi se rend compte que les autres ducatistes, à commencer par son équipier, semblent bien mieux marcher avec la GP11 que lui avec sa version hybride, alors, inévitablement, se pose la question de savoir si ce choix n’était pas le mauvais.

C’est en tout cas ce que semblait dire Rossi, samedi, après la plus mauvaise qualification de sa carrière, envisageant même, pour la première fois, une marche arrière et le retour de la GP11 dès Laguna Seca.

Rappelons ici que Nicky Hayden est censé, lui aussi, recevoir, pour le rendez-vous US, la GP11.1. Cependant quelque chose me dit que l’Américain risque bel et bien de balayer du revers de la main cette possibilité, au moins pour son rendez-vous national. Notre estimé confrère de GPOne.com, Matteo Aglio, a eu l’occasion de discuter de ce problème avec Rossi à l’issue de la course. Voici quelques extraits de cette interview que vous pouvez consulter en intégralité en cliquant ici.

Hier, au Sachsenring, la course a finalement été la note la plus positive du week-end puisque le pilote italien y a été plus rapide qu’en qualification : « Nous avons fait quelque chose que nous n’avions jamais essayé avant, une grosse modification. Nous avons déplacé l’équilibre des poids vers l’arrière. Nous avions plus de traction et une moto plus rapide en entrée et au freinage »

Ce qui n’a cependant pas été suffisant pour battre Hayden et Bautista. « Partir de la dernière ligne est difficile, j’ai réussi à remonter mes concurrents et je savais que je pouvais me maintenir avec Alvaro et Nicky. Quand j’ai eu une piste dégagée devant moi j’étais quelques dixièmes plus vite qu’eux, mais dans la seconde moitié de la course j’ai eu un problème avec le changement de vitesse entre la deuxième et la troisième. En sortie du dernier virage, je perdais énormément parce que quand j’entrais la troisième la moto se soulevait et pendant la moitié de la ligne droite, je devais m’employer à la remettre au sol. L’avant-dernier tour, j’étais derrière Nicky, je pensais que je pourrais le passer au freinage du premier virage, mais à cause du problème de la boîte, Bautista m’a également passé dans la ligne droite et je n’ai plus été en mesure de les dépasser à nouveau. »

Alors maintenant que faire ? Partir à Laguna Seca avec la GP11 ou avec la GP11.1 ou avec les deux ? Avec le dernier changement de set-up sur la GP11.1, les motos allaient visiblement plus ou moins de la même manière, soit, assez mal puisqu’elles terminent toutes les deux à une éternité (27 secondes) de Dani Pedrosa.

« Les deux motos ont fonctionné de manière plus ou moins égale. C’est, bien entendu, une mauvaise nouvelle, nous espérions qu’avec ce modèle, nous serions plus compétitifs et au contraire nous avons encore de nombreux problèmes à résoudre. Maintenant, nous allons voir que faire à Laguna Seca. Amener également une GP11 ou tout simplement les deux GP11.1. L’ancienne est déjà prête à être expédiée, mais avoir deux motos différentes pourrait être un désavantage si quelque chose arrive

On sait que Rossi n’aime pas le châssis de la Desmosedici et qu’il ne le comprend pas, alors une des solutions serait certainement de repasser sur un châssis traditionnel : « Je ne l’ai jamais demandé à Ducati et je ne sais pas si ça peut être la solution. Je ne suis que le pilote et c’est le rôle des ingénieurs de dire ce qu’il faut faire pour l’avenir. Résoudre les problèmes ne signifie pas nécessairement que nous devons refaire le châssis. »

Il est temps que Rossi sorte quelque chose de son casque magique pour éviter d’être le Xème pilote à se casser les dents sur la Desmosedici. Bien entendu, son salaire et son statut font que Rossi bénéficie de bien moins de temps que ses prédécesseurs au guidon de l’italienne pour démontrer qu’il peut réussir en rouge, mais on l’a vu, en cédant à la panique et en introduisant prématurément la GP11.1, il semble s’être embarqué sur la mauvaise voie.

Un retour en arrière n’est pas impossible mais ces revirements à répétition pourraient bel et bien mettre à mal sa réputation de metteur au point, et ce même si chez Yamaha, depuis Assen, on a opté pour un retour aux solutions 2010…Stay tuned !

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de