Valentino Rossi et sa Ducati GP11 stars du Wrooom 2011!



L’édition 2011 du Wrooom est à marquer d’une pierre blanche pour tous les “tifosi” de Rossi, pour tous les “Ducatisti” et pour tous les passionnés du MotoGP en général.
Ce à quoi tout ce beau monde rêvait depuis l’arrivée de l’écurie de Borgo Panigale en championnat du monde est enfin arrivé cette année, Valentino Rossi est la star du Wrooom!

Tout était réuni pour que la fête soit totale et pourtant, le scénario n’est pas idéal. Pire même, on a l’impression que les fans du Doctor pourraient rejouer, comme figurants, une scène d’Armageddon, tant ils semblent effrayés par les déclarations de leur idole!

Bon, il est vrai que la comm’ de chez Ducati n’a pas vraiment rassuré la foule et si on remonte plus loin, celle de Valentino et de ses chirurgiens a toujours été très réservée, au mieux, et pessimiste, au pire.


Mais y a-t-il pour autant lieu de s’inquiéter? 

Le propos n’est pas d’essayer de faire gober à nos lecteurs que Rossi est serein, qu’il n’a pas mal et qu’il va maîtriser la Desmosedici en deux coups de cuillère à pot! Non le but est simplement de replacer cette première conférence de presse dans le contexte qui est le sien.

Et justement, ce contexte, quel est-il? Que le transalpin soit passé maître dans l’art de la communication ne fait aucun doute, et il nous l’a encore démontré cet après midi à “Madonna di Campiglio“.

Là où un autre aurait été rassurant pour ses fans et son employeur en visant une satisfaction de l’instant, Valentino a préféré dire la vérité, et à la rédaction, on pense que dire la vérité était déjà une manoeuvre habile de la part du nonuple champion du monde.

Pourquoi? En premier lieu, parce que c’est là une belle manière de se débarrasser de la pression que ne manquera pas de lui mettre la presse italienne qui pourrait vite se montrer impitoyable en cas de contre performance. En effet, tout le monde en Italie semble exiger de lui une victoire dès le premier rendez vous au Qatar.
C’est un leitmotiv : Rossi doit rééditer son exploit d’antan lorsqu’en 2004, il avait remporté la première course de la saison avec sa nouvelle monture sur le circuit de Welkom en Afrique du Sud. Ici, il se donne du temps en déclarant qu’il ne sera pas prêt physiquement à jouer la gagne avant le début de l’été. Les journalistes transalpins peuvent donc déjà biffer de leur calepin les questions sur le sujet jusqu’en juin.

Ensuite, parce qu’à lire ses propos, relatés dans la repubblica, c’est sur Stoner et Lorenzo qu’il met la pression puisqu’il en fait ses favoris pour le titre. Mais c’est dans l’explication de ses propos qu’il devient intéressant. En effet, il déclare que Lorenzo est un des favoris parce qu’il connaît par cœur la M1 – lire, il connaît par cœur la moto que je lui ai construite. Et pour ce qui est de Stoner, il déclare que son maître atout est d’avoir la Honda. En disant cela il sème le trouble dans la tête des dirigeants du HRC et de Pedrosa. En effet, on sait que depuis son arrivée au sein de la structure officielle de Tokyo, l’Espagnol a toujours bénéficié d’une moto développée pour lui, alors quid maintenant ?
Le malaise caché de chez Honda – qui sera numéro un et pour qui va-t-on développer la moto – se retrouve étalé dans la presse par l’ennemi juré du fabricant japonais.

Ensuite encore, cette petite phrase, en apparence anodine, « Stoner a la Honda et ce sera très important », est aussi un appel du pied à toute l’équipe technique de chez Ducati. Genre, votre moto, c’est un vrai prototype, un petit diable…mais votre moto doit également progresser pour rivaliser avec la japonaise, alors il va falloir se bouger pour me donner un outil valable.

Au passage, lorsque Valentino Rossi peut « tacler » un adversaire il ne s’en prive pas et dans ces cas là, la victime s’appelle souvent Casey Stoner.
En sachant que l’Australien est son prédécesseur au guidon de la belle italienne, il ne pouvait pas omettre de lui consacrer quelques paroles et c’est ainsi qu’il a déclaré que « Stoner a été incroyable sur certaines courses l’an dernier mais il a aussi fait quelques erreurs et a terminé le Championnat quatrième » (lire, derrière moi alors que j’ai manqué quatre grand prix).
Quand on connaît à quel point Stoner n’apprécie pas l’italien et ce depuis Laguna Seca 2008, on ne peut s’empêcher de penser que cette petite pique, même si elle ne fait que relater la vérité, doit faire mousser le bouillant australien.

Enfin, on sait que Rossi aime ses motos et les challenges. A travers ses premiers mots, ses premières expressions, transparaît déjà son envie d’y arriver, parce qu’on sait qu’avec lui chaque mot est pesé et que rien n’est dit en l’air – morceaux choisis – « La Desmosedici est un vrai prototype […] complètement différente des japonaises qui sont plus proches de motos de série transformées pour devenir des MotoGP » ;

« Historiquement, la Ducati a toujours été un petit diable : il faut la piloter avec les ongles, les griffes. Je pense que je serai capable de le faire » ; « Je n’ai jamais pensé à arrêter, j’ai tellement de volonté, ce changement m’apporte beaucoup de motivation ». Rossi marche à l’exploit et c’est déjà à cause de ça qu’il avait, à l’époque, quitté Honda, avec qui il avait tout gagné. Alors, à 32 ans et après une saison plus que compliquée, la mission qu’il s’est fixé a tout pour l’exalter.

En conclusion et au vu de la situation, affirmer, à cette époque de l’année, que Rossi sera champion du monde en 2011 serait certainement fantaisiste mais par contre il a déjà planté le décor et décerné les rôles de sa superproduction. Une fois encore, c’est lui qui dicte la ligne de conduite. Au final, pour une première sortie en rouge, quand on s’autorise à lire entres les lignes, on peut estimer qu’elle est pleinement réussie !

C’est donc avec impatience que nous nous réjouissons du début des hostilités, ce 20 mars, sur le circuit de Losail… Rendez vous est d’ores et déjà pris avec Didier de Radiguès pour vivre, en direct, sur Club RTL, cette première manche de la saison 2011, avec aussi, espérons le, Xavier Siméon au guidon d’une moto2.

Pour MotoSpeedRace Magazine
Grégory Hellinx

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de