Carmelo Ezpeleta, réorganisateur ou fossoyeur du Superbike ?



Carmelo Ezpeleta, avait annoncé qu’à Motegi, il donnerait une conférence de presse au sujet de l’acquisition des droits du Superbike par la Dorna.

C’est ce qu’il vient de faire et elle nous a été rapportée par nos excellents confrères de GPone.

D’entrée, le CEO fait peur lorsqu’il décrit l’autorité avec laquelle Bridgepoint, propriétaire de la Dorna et d’Infront, a décidé de réunir les deux championnats sous un même toit après l’échec des négociations sur les modifications des règlements.

Tout ça donne une vague impression que la couleuvre, pour le Superbike, était un peu trop dur à avaler.

« Après l’acquisition d’Infront par Bridgepoint, notre principal actionnaire, nous avons eu de nombreuses rencontres avec les dirigeants du Superbike. L’idée principale était de créer une synergie entre les deux championnats, en commençant par les règlements. Il n’a pas été possible de dégager une solution commune alors Bridgepoint a décidé de placer le Superbike sous l’égide de la Dorna. Bridgepoint a ainsi éliminé le problème à la base en faisant passer la propriété du Superbike à sa cousine du MotoGP ».

Si pour 2013, il est déjà un peu trop tard pour les grandes modifications, en revanche, dès 2014, on peut s’attendre à une série de changements.

« Nous ne pourrons pas apporter de grands changements pour 2013, tout restera donc en l’état. Nous allons commencer à parler avec la FIM, les constructeurs, les équipes et les circuits pour façonner l’avenir. Les modifications interviendront en 2014. Le but est de garder deux championnats distincts, aussi près que possible de leur esprit. Prototypes d’une part et de l’autre, dérivées de série, avec une division encore plus nette entre les frontières respectives ».

Et le grand cheval de bataille de Carmelo Ezpeleta est une fois encore la réduction des coûts.

« Ce n’est pas possible que les MotoGP ne puissent utiliser que six moteurs par saison et qu’en SBK autant qu’ils veulent. Nous allons changer les règlements dans le but de réduire les coûts car en Superbike aussi la situation économique semble critique. Je veux que les motos soient plus similaires à la série et que les règles des championnats nationaux soient aussi proches que possible de celles du championnat du monde, ce qui serait également bon pour la participation à des courses ».

A ce stade, nous ne pouvons faire autre chose que donner du crédit à Carmelo Ezpeleta et espérer que sous son action, les deux championnats progresseront sans se faire de l’ombre.

Réorganisateur ou fossoyeur ? Qu’en pensez-vous ?

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook 

Photo : Lionel Nolette

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de