Alexis Masbou : « l’idée d’un syndicat des pilotes de Rossi et Pedrosa, c’est exactement ce qu’il faut ! »



Lorsque nous avons interviewé Alexis Masbou, nous avons bien entendu évoqué avec lui le cas de Maverick Viñales.

Pour une fois, c’est un pilote qui quittait son team et même si nous ne connaissons pas tous les tenants et aboutissants de cette histoire, c’est une grande première qui mérite d’être soulignée.

En effet, en 2012, on ne compte plus le nombre de pilotes qui se sont fait évincés en cours de saison.

Cet état des choses a même fini par interpeller Valentino Rossi et Dani Pedrosa qui émettait l’idée de la création d’une structure prête à défendre les intérêts des pilotes des petites classes.

Alexis, quelle est ton analyse du cas Viñales ?    

Ce qui s’est passé à Sepang est vraiment très surprenant mais on ne connaît jamais vraiment ce qu’il se passe derrière les termes des contrats, les négociations en cours…

Il y a énormément de versions qui ont circulé et ça devient très vite difficile de déceler le vrai du faux.

Ceci dit, pour prendre une décision aussi extrême, je me dis que soit il doit avoir quelque chose de solide pour la saison prochaine, soit il y a vraiment quelque chose de cassé et de grave à l’intérieur du team.

Je ne vois pas un pilote comme Viñales partir comme ça sans raison alors qu’il joue encore le titre.

Mais pour une fois, c’est un pilote qui montre les dents…

C’est clair, pour une fois ce n’est pas un pilote qui se fait virer comme un malpropre parce c’est toujours nous qui payons l’addition. La faute est sans cesse rejetée sur le pilote. Ce n’est jamais la faute de l’équipe. Alors, dans ce cas, je trouve que c’est bien que ce soit un pilote qui fasse un pied de nez à un team.   

Cette saison, de nombreux pilotes se sont fait évincer de leur structure et face à cette situation, Valentino Rossi et Dani Pedrosa avaient émis l’idée d’une organisation destinée à défendre les droits des pilotes, un genre de syndicat…bonne idée ?

Un syndicat serait vraiment utile, surtout pour les pilotes des petites classes qui n’ont pas spécialement l’argent pour se payer des avocats et faire respecter leurs droits. C’est une chose qui serait vraiment très importante et dont on parle de plus en plus souvent parce qu’au final, c’est toujours nous qui nous faisons avoir. Ça m’est d’ailleurs arrivé plusieurs fois.

La première chose qui saute, c’est toujours le pilote. Pourtant, c’est nous qui amenons l’argent,  c’est nous qui nous blessons…

Malheureusement, on a l’impression que c’est une idée difficile à faire passer…

Pour l’instant, on n’a pas assez de force ou en tout cas, on n’est pas assez soudé entre pilotes pour arriver à faire changer les choses.

Dans le futur si quelque chose du genre voyait le jour, ce serait très bien car il y a l’IRTA pour les teams, la Dorna pour l’intérêt des Grands Prix, la FIM pour l’intérêt de la moto et pour nous, alors que nous sommes une pièce majeure des courses, il n’y a rien  pour défendre nos intérêts.

Valentino Rossi a déclaré que c’était plutôt à vous de proposer et que lui pourrait vous soutenir. Pourtant, on a l’impression que si ça ne vient pas des pilotes ayant du poids, l’idée risque bien de rester à jamais au stade d’idée.      

Pour lancer la chose, je pense qu’il faut que soit, tous les pilotes du moto2 et Moto3 se mettent ensemble et tapent du poing sur la table soit, que les pilotes du MotoGP nous viennent en aide. Mais c’est compliqué parce que d’un côté, je ne vois pas pourquoi les pilotes du MotoGP viendraient s’embêter avec ça et de l’autre, je ne vois pas comment nous, nous pourrions nous entendre pour, par exemple, faire grève sur une ligne de départ ou quelque chose du genre.

C’est difficile pour un pilote de ne pas prendre le départ.

Parce que derrière, vous risqueriez d’être sanctionné ?   

C’est évident. Les constructeurs, la FIM, la Dorna, l’IRTA, ce sont de grosses institutions et même si on se met ensemble, nous n’aurons tout de même pas beaucoup de pouvoir. Si quelque chose doit être créé, ça devra être assez énorme car si on joue petits bras, on n’arrivera nulle part.

En tout cas, j’espère qu’un jour, quelque chose verra le jour pour que nous, les pilotes, nous puissions être un peu plus sereins.

Mais franchement, quand vous voyez ce qui s’est passé cette année, c’est obligé que quelque chose voie le jour car on en arrive à des situations insoutenables. Il suffit de regarder l’exemple de Mike Di Meglio pour se dire que ça doit cesser.  

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Photo : Lionel Nolette

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de