Dovizioso quitte Tech3, Rossi quitte Ducati…deux styles, deux ambiances !



Dans le secret des allées du paddock, on sentait que quelque chose se tramait ce week-end.

En effet, quelques membres de l’équipe Tech3 étaient chargés, dans la plus grande discrétion, d’inviter certaines personnes pour une réception surprise.

A quelques encablures de là, Valentino Rossi et son équipe décomptaient les minutes qu’ils leur restaient à passer en rouge.

Samedi soir, la porte de ‘l’hospitality’ s’ouvre et Andrea Dovizioso n’en croit pas ses yeux. Lui le timide, lui l’antithèse de l’Italien, lui le pilote qui a choisi de déserter Tech3, on lui a organisé de vrais adieux !

A quelques encablures de là, nous apprenons que Jeremy Burgess et son équipe seront priés de dégager les lieux dans la demi-heure après la course.

Dovi découvre ses cadeaux, une de ses bulles, une photo signée par toute l’équipe, un gâteau où il est inscrit « Grazie, è stato bello », merci ça a été beau…

Oh que oui ça a été beau, six podiums pour Dovi, trois pour son équipier, un temps d’exposition télé inégalé pour une structure privée…

Tout a été beau et la fête est magnifique…sourires, accolades…la chaleur de l’Italie…

A quelques encablures de là, nous apprenons que Jeremy Burgess et son équipe ont malgré tout été invités à un dernier repas chez Ducati. Silence, poignées de main fébriles…la froideur de l’Allemagne ?

Lionel Nolette, notre photographe a été convié à cette petite réception surprise et vous en a ramené les photos, par contre il n’a pas été convié au dernier repas chez Ducati…on peut le comprendre.

Le monde de la moto est vraiment impitoyable diront certains, je ne pense pas qu’il soit pire qu’ailleurs…la roue tourne et c’est pour tout le monde la même chose.

Rossi et son équipe n’ont pas réussi là où Dovi va maintenant s’essayer et tout ce que nous espérons, c’est que dans deux ans, nous ne devrons pas écrire l’histoire en sens inverse.

Le défi est de taille mais s’il arrive à ramener de la compétitivité chez Ducati, il sera à jamais considéré comme le sauveur de cette marque emblématique.

Pour l’aider, les patrons allemands de Ducati ont décidé de démettre Filippo Preziosi de ses fonctions et il se murmure qu’ils auraient opté pour une organisation à la japonaise.

Fini les « Filippo Preziosi, père de la desmosedici », dorénavant le Reparto Corse sera une unité parmi les autres et les créations qui en sortiront seront estampillées Ducati Corse.

Il ne nous reste plus qu’à espérer que ça fonctionne parce qu’on ne fait pas un Allemand hors d’un Italien ou un Italien hors d’un Allemand.

Stay tuned !

Rejoignez Lionel sur Facebook en cliquant ici

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de