Louis Rossi : " on me donne ma chance, c'est à moi de valoriser ce qu'on mise sur moi"



Hier, via notre partenaire, pit-lane.biz, nous vous relations le petit galop d’entraînement (2h30) de Louis Rossi au circuit des Ecuyers (lire ici).

Aujourd’hui, c’est une interview cinq étoiles du jeune français que vient de nous servir Marc Seriau, le rédacteur en chef de ce forum.

On y apprend ainsi que la moto avec laquelle Louis Rossi a roulé hier, à Beuvardes, est en fait la Mistral 610 utilisée, la saison dernière, en Grand Prix, par Xavier Simeon.

Le volet financier est évoqué et c’est avec plaisir qu’on découvre le beau geste d’Hervé Poncharal à l’égard de son pilote.

Enfin, le sportif n’est pas non plus négligé puisque vous découvrirez l’hyper-professionnalisme que Louis Rossi a instauré autour de lui.

Morceaux choisis…      

Un petit mot sur cette séance d’essai, qui a duré environ 2h30?

L’idée, c’était de faire un premier petit roulage pour se remettre en selle. Il faisait froid et il n’y avait pas beaucoup de grip. Pas à l’ordre du jour de faire un temps mais plutôt de profiter de rouler tout seul pour la première fois.

Ton passage chez Tech3. Au niveau budget, c’est bouclé? Il n’y a aucun souci?

Il n’y a aucun souci puisque c’est la première année où on ne me demande pas d’argent pour rouler.

En 2013, le budget que j’ai réuni est moins important que les 300 ou 400 000 euros qu’il aurait normalement fallu trouver pour rouler cette année. Il s’élève à 230.000 euros et, pour la première fois de ma vie, je vais pouvoir m’entraîner comme il faut. Comme j’estime qu’il faut environ 210 000 euros pour s’entraîner professionnellement, j’arrive donc même à me dégager un petit salaire.

Je vais enfin pouvoir me coucher le soir sans me demander comment je vais faire pour payer l’équipe le lendemain.

C’est donc un beau message d’espoir, comme quoi même si on est français, on peut y arriver.

J’ai bien conscience qu’on me donne ma chance et c’est à moi de faire les efforts nécessaires pour. Cela ne durera pas si je ne suis pas bon.

Au niveau entraînement, en 2013, tu travailleras toujours avec Fred Corminboeuf et/ou Laurent Fellon?

Non. Je n’ai pas autant de disponibilités que Johann pour aller rouler en Espagne. De la même façon, je suis toujours en bonnes relations avec Fred mais la localisation géographique et ses nouveaux projets ne rendent pas la chose vraiment facile.

J’ai donc choisi de travailler avec Benoît Campargue pour 2013. Il s’agit de l’ancien entraîneur de Teddy Riner et qui travaille maintenant avec le pilote de Formule 1 Romain Grosjean.

Louis Rossi est donc en train de créer, autour de lui, une bulle de compétences pouvant lui permettre de donner le meilleur de lui-même ?

Oui, et dans cette optique, j’ai également intégré l’INSEP (Ndlr: Institut National du Sport de l’Expertise et de la Performance). Je vais donc à Paris plusieurs fois par semaine pour travailler ma condition physique…

Nous ne pouvons que vous conseiller de vous rendre sur le forum afin de retrouver l’intégralité de cette excellente interview en cliquant ici.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de