Hayden et Dovizioso sont prêts à relever un immense défi



Hier, nous avons cru vous montrer, en exclusivité, une moto qui était censée arborer le look de la GP13, mais il apparaît qu’il n’en était probablement rien (lire ici).

Nous voilà donc dans l’obligation d’admettre notre erreur et de vous présenter nos excuses.

Quoi qu’il en soit, aujourd’hui, à Madonna di Campiglio, nous découvrirons certainement le futur design extérieur de la GP13, ainsi que ses couleurs, mais certainement pas la GP13 en elle-même.

En effet, comme le signalait Andrea Dovizioso (lire ici), la moto n’est pas prête et nous devrions avoir droit à une GP12 arborant les couleurs de 2013.

Dovizioso : « c’est inévitable lorsque vous effectuez des changements majeurs au sein d’une équipe. Vous avez besoin de beaucoup de temps. Ducati a continué à travailler sur certaines choses, mais si nous parlons du développement proprement dit, nous commencerons en Malaisie.

Ce n’est pas bon, évidemment, mais ce n’était pas possible de faire autrement. Nous devons penser au projet à long terme ». 

Même son de cloche du côté de Nicky Hayden qui ne peut que regretter cet état de chose, sans pour autant incriminer qui que ce soit à Borgo Panigale.

Nicky Hayden : « J’étais à Bologne ces deux derniers jours pour voir la nouvelle moto. Mais les mots « nouvelle moto »  ne sont pas réellement appropriés.

Vous en apprendrez plus de Bernhard Gobmeier. La moto n’a pas beaucoup changé depuis l’an dernier, mais nous avons beaucoup d’idées claires pour trouver une direction, mais il faudra du temps.

Malheureusement, le temps n’est pas vraiment de notre côté, surtout avec la règle qui bloque les moteurs. Les nouveaux membres de l’équipe technique ne sont pas arrivés dans une situation facile. Mais ils sont très motivés pour rattraper le temps perdu. Je vois un nouveau départ, beaucoup de bonne motivation et beaucoup de nouvelles idées. Il est clair qu’il y a un grand défi qui nous attend, mais nous sommes aussi très motivés ».

Si à ce tableau on ajoute que le départ de Valentino Rossi a fait perdre trois gros partenaires à Ducati – Diesel, Generali et Enel – qui, à eux seuls, pesaient 6 à 7 millions d’euros, on ne peut s’empêcher de penser que l’avenir n’est pas aussi blanc que la neige immaculée de Madonna di Campiglio.

Un grand défi attend donc Ducati et Audi mais il vaut certainement la peine d’être relevé par l’unique marque européenne présente, en tant que constructeur, en Grand Prix.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de