Ciabatti pense qu’avec Valentino Rossi, la pression était trop grande pour bien travailler



Au Wrooom, Bernhard Gobmeier, le nouveau patron du Reparto Corse, n’était pas le seul nouveau visage du staff technique de Ducati, puisque nous avons également fait connaissance avec Paolo Ciabatti (même si dans son cas il s’agit plutôt d’un retour au bercail que d’une arrivée).

L’ancien responsable du projet SBK et nouveau responsable du projet MotoGP pour Ducati, s’est lui aussi exprimé, à Madonna di Campiglio.

Finalement, on peut dire que son discours ne change pas beaucoup par rapport à celui de ses prédécesseurs à la tribune puisque, comme Gobmeier, il estime que dans le matériel produit la saison dernière, il y a certainement des choses à récupérer.

En revanche, là où il innove, c’est qu’il n’hésite pas à mettre le doigt sur la raison qui, selon lui, a empêché Ducati de mener à bien les essais de tout ce matériel : la pression !  

« L’an dernier, Ducati a produit tellement de matériel qu’il n’a pas été possible de le tester correctement. On parle donc de solutions qui sont déjà préparées et qui, je pense, valent la peine d’être testées à nouveau avec plus de calme. Pirro sera, ce week-end, avec le test team, à Jerez. L’idée est d’avoir un pilote en activité qui serve de «testeur de performance» et qui soit en mesure de tourner dans des chronos proches de ceux des pilotes engagés en championnat du monde. Nous le ferons rouler en tant que wild-card pour qu’il ne perde pas l’habitude des courses ».

Cette affirmation a de quoi étonner puisque Rossi a pourtant la réputation d’être un bon metteur au point et donc, avec un tel discours, on pourrait penser que Ciabatti tente de lui ôter cette qualité. Il n’en est rien…

« Il n’est pas question de ne pas faire confiance au feedback de Rossi. La pression et le manque de résultats ont créé un cercle vicieux dans lequel il n’y avait plus suffisamment de sérénité pour tester complètement le matériel préparé. Je crois simplement qu’il y a un potentiel et que nous n’avons pas tout essayé l’année dernière ».

Si on ne peut certainement que lui donner raison quant à la pression due au manque de résultat de Valentino Rossi, là où il redevient plus conventionnel et donc, plus inquiétant, c’est lorsqu’il évoque le fait que chez Ducati, on dispose de quelques idées quant à la direction à suivre…

« Nous allons repartir avec la base de la dernière moto de 2012. Nous avons quelques solutions à essayer, déjà à Sepang. Ensuite Gobmeier est en train de discuter de quelques idées avec les ingénieurs, mais ce matériel sera seulement prêt dans une deuxième phase. Je ne peux pas être trop précis. La moto est une évolution de celle de 2012, mais déjà en Malaisie, nous espérons trouver des indications pour avancer dans la bonne direction, même si Dovizioso et Hayden feront un travail différent. Andrea doit d’abord faire davantage connaissance avec la moto mais si les conditions sont réunies il essayera également de nouvelles solutions ».

Autant le dire, ce discours est le même que celui que nous avons entendu pendant deux saisons sans jamais vraiment percevoir une réelle amélioration, mais que pourrait-on déclarer d’autre chez Ducati ?

L’équipe est nouvelle et débarque au milieu d’un chantier en pleine pagaille alors, que faire si ce n’est, dans un premier temps, repartir de ce qui existe ?

Une MotoGP gagnante ne se fabrique pas en claquant des doigts et les années de disette de Yamaha et même de Honda en sont la meilleure preuve.

Il y a donc peu de chance que la Ducati retrouve les sommets dès le Qatar, mais qui dit nouvelles figures, dit aussi, nouvelles idées et nouveaux espoirs. On croise les doigts !      

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Source : gpone

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de