Nicky Hayden : « nous n’avons pas besoin de petits changements, ils doivent être radicaux ! »



Nicky Hayden et Andrea Dovizioso, les deux pilotes Ducati, se rendaient à Sepang en sachant que ces premiers essais de la saison seraient tout sauf une sinécure.

En effet, la GP13 n’étant pas prête, et même certainement toujours à l’étude, Borgo Panigale avait décidé de tester les différentes évolutions préparées, en 2012, pour Valentino Rossi et qu’il n’avait pas eu le temps d’évaluer en profondeur.

Nicky Hayden ne se faisait donc pas d’illusion quant à l’issue de ces tests et implicitement, l’Américain sous-entend dans ses déclarations, qu’avec cette moto, il n’y a plus rien à faire.

« Évidemment, nous ne sommes pas contents, mais nous savions que ce test ne serait pas facile. Nous avions la même moto que la saison dernière, seules les peintures ont changé. Nous avons tout essayé sur la GP12. Nous avons encore quelques idées pour l’électronique, mais pour le reste, nous connaissons tout de cette moto. Nous avons des problèmes de drible, de traction et de maniabilité. Nous devons ouvrir les yeux et apporter des changements radicaux, pas des petits changements ».

Pendant deux ans, Nicky Hayden a pu se permettre d’être consensuel en laissant à Valentino Rossi le soin d’aller se casser les dents sur les tifosi de la scuderia Ducati.

Comment l’en blâmer d’ailleurs puisqu’à l’époque, il n’était que le numéro deux et en balance pour la reconduction de son contrat.

Mais cette saison, le seul pilote expérimenté sur la Desmosedici, c’est lui, ce qui signifie qu’il n’a plus le choix, il doit se livrer et prendre ses responsabilités face à la presse.

Et une fois qu’il parle sans langue de bois, force est de constater qu’il ne lui reste plus énormément d’espoir, même s’il se défend d’avoir perdu la foi !   

« Nous avons essayé d’être optimistes, mais ça ne suffit pas. Sinon, à part ça, nous avons recueilli de bonnes données et maintenant nous allons avoir beaucoup de travail à faire. Je ne pense pas, cependant, que nous aurons des nouveautés pour le prochain test car il est déjà dans deux semaines. Nous avons besoin de l’aide de l’usine, les modifications sur le set-up ne suffisent pas. Mais le staff n’a pas eu le temps, certains ont commencé seulement en janvier. C’est nécessaire de mener des essais avant que les évolutions nous parviennent.

Je ne veux pas enlever de mérite à Bradley (qui a terminé devant les expérimentés pilotes Ducati), il a roulé très fort, mais c’est clairement la preuve que nous  (la Ducati) sommes derrière. Pirro sera avec nous pour essayer de nouvelles choses lors du prochain test à Sepang, mais moi et Dovizioso, nous aurons la même machine, à l’exception d’une nouvelle fourche que nous n’avons pas pleinement évaluée. Pour l’instant, en ce qui concerne les tests d’Austin, c’est non, mais la porte est toujours ouverte et j’espère qu’ils changeront d’avis. Sans ce test, lors du Grand Prix nous n’aurons pas la moindre chance contre Honda et Yamaha, cela nous donnerait une bonne occasion de découvrir la piste et d’y trouver un bon set-up de base.

J’ai essayé la nouvelle gomme dure mais elle ne m’a pas trop bien réussi. Quoi qu’il en soit, je reste positif. Nous connaissons le projet et nous sommes prêts. Je ne vais certainement pas abandonner maintenant ».

Ducati est donc une nouvelle fois face à une situation difficile mais finalement, il fallait certainement être fou pour penser que les résultats changeraient du tout au tout alors que la moto, de son côté, est restée la même.

Stay tuned!

Rejoignez-nous sur Facebook

Source : GPOne

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de