Jerez, jour 2 : Espargaro enfonce le clou et Viñales reprend son bien



A Valence, lors des premiers tests officiels de la saison, Maverick Viñales et Pol Espargaro s’étaient montrés intraitables.

Mais on sait aussi que ces deux hommes ne sont pas nécessairement les meilleurs sur piste humide. Alors hier, à Jerez, lors de la première des trois journées d’essais, leur trône a légèrement vacillé.

Depuis, le soleil est revenu sur l’Andalousie et les hommes forts du Moto2 et du Moto3 ont repris leur bien.

C’est ainsi que Pol Espargaro a signé un chrono impressionnant puisqu’il bat le record de la piste détenu par Stefan Bradl.

Encore une fois, précisons qu’il est de bon ton de relativiser ces résultats puisque les moteurs équipant les motos de la catégorie intermédiaire, ne sont pas les blocs Honda officiels.

Derrière lui et à seulement 3 dixièmes, on retrouve Takaaki Nakagami (et là, nous vous renvoyons à la remarque faite ci-haut), Scott Redding et Julian Simon, l’équipier de Nakagami.

Nico Terol, le pilote Aspar, se maintient en embuscade derrière ces quatre hommes et est d’ailleurs le dernier à avoir réussi à rester sous la barre de la seconde d’écart par rapport à Espargaro.

Bien que pilotant une moto blanche, Johann Zarco a repris des couleurs par rapport aux séances de ce matin puisqu’il signe le neuvième temps et de la sorte, fête son retour dans le top dix.

Aujourd’hui, nous attendions Mike Di Meglio au tournant parce que nous avions à cœur de voir s’il allait confirmer ses nets progrès au guidon de la MotoBi et il ne nous a pas déçus ! En effet, il termine douzième à seulement sept dixièmes du top cinq, l’objectif de Gianluca Montiron, son team manager.

Xavier Simeon, le pilote SAG Zelos termine quatorzième après avoir mis du temps avant de trouver un bon rythme. A propos de Xavier, nous le retrouverons pendant la soirée pour un compte rendu de cette seconde session de travail.

Du côté de chez Tech3, le dur apprentissage de la catégorie se poursuit. Pas de quoi se réjouir pour l’instant puisqu’avec la 25ème place de Kent et la 26ème de Rossi, on peut, sans trahir la vérité, estimer qu’il reste assez bien de travail pour les bleus.

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de