Bastien Mackels : destination IDM [Interview]



Si Xavier Simeon et Livio Loi ont connu de bons débuts en Championnat du Monde MotoGP, ils ne seront pas les seuls Belges sur la scène internationale en 2013 puisque la Belgique pourra également compter sur la présence de Bastien Mackels en Championnat d’Allemagne Superbike, le très relevé IDM.

Le Sprimontois roulera en effet dans la toute nouvelle catégorie Superstock au guidon d’une BMW dans la structure de Werner Daemen.

Un gage de qualité donc puisque c’est cette équipe qui, en 2012, avec Erwan Nigon, est devenue championne d’Allemagne Superbike.

Nous avons rencontré Bastien à la veille de ses premiers essais qui commenceront dimanche, sur le circuit d’Almeria en Espagne.

GPi : Bastien, peux-tu nous expliquer la genèse de ce beau projet en IDM ?    

Ca fait plus d’un an que nous en parlions avec Werner Daemen, mais sans pousser plus loin les discussions. Et puis, lors des six heures de Francorchamps et après la Superpole où j’ai réussi un bon chrono mais aussi après la course du lendemain où j’ai pu venir à bout de pilotes roulant en IDM, nous avons commencé à en discuter un peu plus sérieusement.

Les négociations ont donc débuté en août et après avoir trouvé des accords sur les budgets, nous avons pu signer le contrat.

Je dois d’ailleurs remercier Audrey polak et Olivier Van Mol sans qui tout ça n’aurait pas été possible.  

GPi : Parle nous un peu de cette écurie qui, rappelons-le, a remporté, en 2012, le championnat avec Erwan Nigon.

La saison dernière, Werner Daemen avait Erwan Nigon et Arie Vos dans son team. En 2013, dans son box officiel BMW, on retrouvera Erwan et Markus Reitenberger. Ensuite, à côté, il y aura un autre box, qui fait également partie de son team mais qui roulera sous le nom d’Alpha Technics Herpigny. Il sera géré par Gaëtan Herpigny et les pilotes seront Arie Vos et moi-même.

Nigon, Reitenberger et Vos disputeront le championnat Superbike tandis que moi, je découvrirai le championnat Superstock.

Nous faisons donc tous partie de la même famille BMW, mais Werner ne pouvant pas gérer quatre motos sur un même week-end de course, a décidé d’en scinder la gestion.

GPi : As-tu déjà eu l’occasion de découvrir la moto ?

Non, je monterai dessus les 24, 25 et 26 février, à Almeria, lors des tests Pirelli. Je suis bien entendu impatient de découvrir la BMW, le team, son fonctionnement et tout mon nouvel environnement. On sait que cette moto marche bien et je pense d’ailleurs que celle-là marche même très bien, mais on ne peut jamais vraiment savoir que lorsqu’on est monté dessus. Quoi qu’il en soit, je devrai aussi m’habituer au fait qu’en IDM, tout risque d’être bien plus carré qu’ici en Belgique.

GPi : Quel sera ton programme avant de débuter le championnat ?

La première course aura lieu le 21 avril mais d’ici là, je vais bénéficier de plusieurs jours de tests. Les premiers, comme on vient de le rappeler, se tiendront à Almeria, en février. Ensuite, vers la mi-mars, j’aurai une séance de deux jours, à Valence et enfin, il y aura les essais officiels, le 4 et 7 avril au Lausitzring.

J’aurai donc quelques jours de roulage avant la saison, ce qui va me permettre de découvrir la BMW mais pas seulement puisque je vais aussi devoir apprendre à travailler avec  la télémétrie, ce qui sera une grande première pour moi !

GPi : Quels sont tes objectifs pour la saison ?

L’objectif sera de ramener des résultats et nous visons le top cinq au classement général. Nous aimerions pouvoir accrocher quelques podiums. Ce ne sera certainement pas chose aisée mais c’est une nouvelle catégorie et on ne connaît pas encore réellement le niveau de nos adversaires.

GPi : Comment t’es-tu préparé ?

Je ne me suis jamais vraiment entraîné pour rouler à moto mais cette saison, on débarque en IDM et les exigences ne seront pas les mêmes. Je me suis donc attaché les services d’un coach sportif et d’un diététicien. Nous avons énormément travaillé en hiver et la seule chose qui manque maintenant, c’est du roulage.

GPi : On se doute qu’idéalement, le Superstock est une première étape. Quelle serait la suite que tu voudrais donner à ta carrière ?

L’objectif serait de pouvoir passer en IDM Superbike et ensuite j’aimerais pouvoir rouler en Championnat du Monde Superbike ou Supersport mais il y a beaucoup de paramètres qui entrent en ligne de compte. Il faut d’abord être rapide, bien entendu, mais on sait tous qu’à l’heure actuelle ça ne suffit plus. Ce serait l’idéal, le rêve, mais je m’efforce d’être réaliste et de me focaliser sur cette première saison en IDM car c’est déjà un sacré pas en avant pour moi.         

Rappelons encore que pour les supporters belges désirant voir Bastien Mackels à l’œuvre, il ne sera pas nécessaire de se déplacer jusqu’en Allemagne puisque l’IDM fera étape, à Zolder, les 10, 11 et 12 mai prochains pour la seconde manche de la saison.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook  

Réalisation de la mascotte : Amaël 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de