5 questions à Jules Danilo, un espoir de la moto française



Après avoir montré tout son talent en championnat de France et en championnat d’Europe,  Jules Danilo franchit un cap cette saison et se concentre sur le très relevé CEV (Championnat d’Espagne de Vitesse), l’antichambre des Grands Prix.

Il aura cette année l’occasion de partager les paddocks avec les meilleurs pilotes du monde, puisqu’il sera pilote invité au Grand-Prix de France. 5 questions à un espoir de la moto française.

GPi : « Jules, ça fait longtemps que tu attendais la réponse de ta participation au Grand-Prix de France. C’est maintenant officiel, alors, impatient je suppose ? »

La demande de wild-card de notre côté était prévue depuis plus de 2 mois déjà, donc oui en effet j’étais très impatient de connaître la réponse ! Et puis étant donné que la wild-card est attribuée aux pilotes participants au FSBK, la course du Mans était la course décisive pour l’obtenir, et j’y suis parvenu. C’est une très grande opportunité pour moi, ce sera ma première course en GP donc forcément un peu de pression, mais je pense qu’il va falloir rester le plus calme possible. Ça passera surtout par une bonne préparation avant l’évènement, afin de vraiment me concentrer sur ce qu’il y’a à faire.

GPi : « Tu partageras le box de Livio Loi que tu connais bien pour  avoir souvent disputé les mêmes places lors de différentes courses. Tu es donc capable d’être au moins aussi rapide que lui, ça sera un objectif du week-end ? »

Je connais bien Livio et ça fait plusieurs années qu’on court ensemble. L’écart entre nous deux n’a jamais été très grand, et nous nous sommes souvent battus à moto égale ! Livio est un pilote rapide, et je pense qu’une fois au GP du Mans, il aura emmagasiné un bon rythme en Grand Prix. Mon objectif n’est pas de le battre à tout prix, il faut que je puisse rouler au maximum de mes capacités sans me concentrer sur les autres.

GPi : « Après avoir roulé sur une Honda, tu passes cette année sur une Kalex KTM qui fonctionne plutôt bien en GP. Quelles sont tes premières impressions de cette moto ? »  

La Kalex est une moto qui paraît très rigide de l’extérieur, mais finalement on arrive bien à ressentir l’adhérence, surtout au niveau de l’avant, et ça c’est très important car sans feeling de l’avant il est difficile d’attaquer. C’est un châssis assez nerveux sur les bosses mais avec un moteur plus agréable et progressif que le Honda, ce qui donne un bon compromis.

La moto sur laquelle je roule est celle de 2012, c’est un châssis qui est plus long et plus lourd que la 2013. Il y a quelques différences au niveau moteur également car KTM proposent des kits GP qui ne sont pas proposés aux championnats nationaux.
GPi : « Tu as totalisé  14 points en 4 courses l’an dernier dans le CEV, sur des circuits que tu ne connaissais pas. Tu vises quelles places du championnat en fin d’année ? »

L’an passé, en CEV, ça a été une bonne saison pour moi, surtout vers la fin, car j’ai obtenu deux dixièmes places, au Championnat d’Europe et à la dernière de Valence. Pour ce début de saison 2013, il faut donc que je reparte sur ces mêmes bases voire mieux vu le matériel dont je dispose. Il ne faut pas non plus que je me mette trop de pression car ça ne va pas aider, mais il en faut tout de même un peu car c’est vraiment une année importante pour moi si je veux accéder au mondial en 2014. Un top 5 au final serait génial !

GPi : « Hormis dans le championnat d’Espagne, on pourra te retrouver sur d’autres courses cette année ? » 

Le championnat d’Espagne sera vraiment mon plus gros point de travail et donc notre base. Je vais certainement participer au Championnat d’Europe en fin de saison mais il n’y a rien de sûr de ce côté-là car c’est encore loin pour le moment. Je vais essayer d’obtenir d’autres wild-cards avec l’implication de l’équipe VDS car je ferai partie de leur équipe pour le GP de France. Malheureusement c’est compliqué d’en obtenir d’autres quand il ne s’agit pas de son Grand-Prix national. L’an passé les wild-cards étaient attribués à 4 ou 5 pilotes maximum, mais cette année le règlement a changé, et c’est descendu à 2. On verra si toutefois il y a des possibilités sur d’autres GP, mais pour le moment rien n’est sûr ».

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur facebook

Photo: Celia Erbisti 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de